Accueil > Jean-Marc Barr
 Jean-Marc Barr

Jean-Marc Barr

Nom : Barr
Prénom : Jean-Marc
Date de naissance : 27 septembre 1960
Âge : 54 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Jean-Marc Barr

Nymphomaniac : nouvelle image

Nymphomaniac : nouvelle image
Le 26 juillet 2013 à 09h49



Nymphomaniac : première photo

Nymphomaniac : première photo
Le 7 février 2013 à 10h52


Le Grand Bleu : le culte continue...

Le Grand Bleu : le culte continue...
Le 31 décembre 2008 à 08h40




Biographie

Flash-back : nous sommes le 27 septembre 1960 à Bitburg, ex-République Fédérale Allemande. Naissance de Jean-Marc Barr. Il est élevé par un père militaire irlandais et d'une mère française. Au gré des mutations de son père, il vit aux Etats-Unis (Californie, Virginie) et en France alors qu'il a 7 ans, au moment de la guerre du Vietnam. Appelé par Dieu dans un premier temps, le jeune Jean-Marc Barr entre au séminaire, en sort rapidement pour aller étudier à l'Air Force Academy, puis à la Humboldt State University et enfin à UCLA, en Californie. Alors qu'il a à peine 20 ans, il trouve enfin sa voie en assistant à une représentation du "Malade imaginaire", de Molière : il sera acteur. Il intègre la compagnie le lendemain de la fameuse représentation et laisse, du jour au lendemain, tout tomber pour le théâtre. Il joue "Hamlet" au Centre Culturel Américain, "Le songe d'une nuit d'été" à l'Eglise américaine où il est finalement remarqué par un chercheur de talents mandaté par la Royal Shakespeare Company. Après un petit rôle dans "Le roi Lear", en Californie, il intègre la Guildhall School of Music and Drama de Londres, l'équivalent du Conservatoire. Il y rencontre sa femme, la pianiste yougoslave Irina Decermic. Ses débuts à l'écran seront un fiasco, et Jean-Marc Barr obtient son premier vrai rôle au cinéma dans Hope and glory de John Boorman. Mais c'est son incarnation de Jacques Mayol, le plongeur de l'impossible dans Le grand bleu de Luc Besson, qui le révèle au monde entier. Promu jeune premier le plus sexy de sa génération, idole incontestée de millions d'adolescents, le comédien ne se laisse pourtant pas tourner la tête par la gloriole et retourne, contre toute attente, en Angleterre où il renoue avec le théâtre, jouant pendant plusieurs mois "La descente d'Orphée" de Tennessee Williams. Enfin, au tournant des années 90, il revient à l'écran dans le rôle d'un mineur de fond dans Le brasier. Le film est un échec commercial. par la suite, on retrouve Jean-Marc Barr en journaliste français dans La peste et en employé des wagons-lits échoué dans l'Allemagne de l'après-guerre dans Europa, de Lars Von Trier, dont il devient un interprète privilégié, puisqu'il apparaîtra plus tard dans Breaking the waves, ainsi que dans le projet à long terme Dimension, tourné sur plusieurs dizaines d'années. Refusant presque systématiquement les rôles “commerciaux” (mis à part l'exception notable de Folle d'elle, où il interprétait un faux gay amoureux d'Ophélie Winter), le comédien se cherche surtout dans le cinéma d'auteur (Mo, Préférence, Ça ne se refuse pas...) qui ne fait pas nécessairement sonner le tiroir-caisse, et tourne aussi bien en France qu'en Italie (Mon capitaine !) ou en Angleterre (The Scarlet Tunic). On le retrouve par la suite au Festival de Cannes 2000, dans Dancer in the Dark tourné par Lars Von Trier, où il donne la réplique à Björk et Catherine Deneuve. Lovers, son premier long métrage tourné selon les règles de Dogme 95, s'inscrit dans une trilogie sur la liberté. Celle-ci comprend également Too much flesh, tourné aux Etats-Unis avec à nouveau Elodie Bouchez et lui-même dans les rôles principaux, et le troisième s'intitule Being Lights. Entre temps il tourne dans Texas, un film italien signé Giorgio Serafini avec Sam Shepard, tourne dans les comédies Crustacés et coquillages et Baby blues. Et repasse en 2006 derrière la caméra en 2006 avec Chacun sa nuit

.

Les films réalisés :


Filmographie sélective :