Accueil > Gérard Oury
 Gérard Oury

Gérard Oury

Nom : Oury
Prénom : Gérard
Date de naissance : 29 avril 1919
Date de décès : 20 juillet 2006
Nationalité : Français



L'actualité récente de Gérard Oury

Biographie

C'est à Paris le 29 avril 1939  qu'est né Max-Gérard Tannenbaum plus connu sous le nom de Gérard Oury . Ce dernier se laisse rapidement tenter par une carrière théâtrale, juste après avoir décroché son baccalauréat, et entre au Conservatoire en 1939. Il y obtient un premier accessit de comédie, mais lorsque la guerre est déclarée, il fuit la France occupée pour se réfugier en Suisse. Il poursuivra brillamment sa carrière à Genève, pour revenir au pays en 1945, où il joue "Les vivants" d'Henri Troyat au Théâtre du Vieux-Colombier.

Le cinéma lui ouvre à son tour les portes : le voilà qui débute en 1946 sous la direction de Jacques Becker dans Antoine et Antoinette, et on le retrouve par la suite dans Le passe-muraille de Jean Boyer, La meilleure part d'Yves Allégret ou encore Le dos au mur d'Edouard Molinaro. Il incarnera même Napoléon dans La belle espionne de Raoul Walsh . En 1959, Gérard Oury passe derrière la caméra  la mise en scène, en signant La main chaude, une étude de mœurs à sketches, avec Jacques Charrier et Macha Méril. Suivront La menace (1960), d'après un roman de Frédéric Dard, et surtout Le crime ne paie pas, encore un film à sketches, inspiré des bandes dessinées de "France-Soir", qui remporte un franc succès. Gérard Oury a désormais les mains libres pour fignoler lui-même le scénario de ses films, et les cinq qui suivront feront de lui un incontournable de la Comédie-Française... et une valeur sûre au box-office. Poursuites endiablées, répliques savoureuses, le tout porté par un tandem de stars : voilà la recette efficace – et parfois brillante – exécutée avec un savoir-faire typique d'un certain âge d'or de la comédie française. Bourvil et De Funès formeront le duo gagnant du Corniaud puis de La grande vadrouille.

Mais l'apogée est atteinte avec l'hilarante Folie des grandeurs, “librement” inspiré de Victor Hugo, puis avec Les aventures de Rabbi Jacob. L'as des as (1982) restera comme son dernier grand succès, le cinéaste accouchant par la suite de films mineurs et de comédies poussives : La vengeance du serpent à plumes, Vanille fraise ou Fantôme avec chauffeur. Il décède le 20 juillet 2006 à Saint-Tropez, laissant orphelin le cinma hexagonal.

Sa fille Danièle Thompson a depuis repris le flambeau avec des comédies comme Fauteuils d'orchestre ou encore Le code a changé.

Les films réalisés :


Filmographie sélective :