Accueil > Le derrière > Secrets de tournage

Le derrière
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Le derrière Affiche du film Le derrière
 


50 %   (44 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 28 avril 1999

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Le derrière

Secret de tournage du film Le derrière

Valérie Lemercier, réalisatrice du Derrière

Après de nombreux rôles de bourgeoises (Les visiteurs, Palace, L'opération Corned-Beef, Milou en mai), Valérie Lemercier a eu l'intelligence de brouiller les pistes avec ses one-man show, ses disques et surtout ses films en tant que réalisatrice, Quadrille, Le derrière avec Dieudonné (Le clone) et Claude Rich (Le coût de la vie) et surtout Palais Royal. Satire du show-biz avec Lambert Wilson (Dédales, On connaît la chanson, Matrix, Pas sur la bouche) et Catherine Deneuve (Les temps qui changent, Dancer in the Dark, Les demoiselles de Rochefort, Le dernier métro)

Flash-back. Nous sommes le 9 mars 1964, en Normandie, à Dieppe précisément.
Naissance de Valérie Lemercier.

Difficile pour la jeune Valérie d'exister : elle est coincée entre ses deux soeurs. Résultat, pour se faire remarquer, elle ne trouve rien de mieux qu'amuser son monde avec ses grimaces.
La jeune enfant, si elle est née dans les contrées du Débarquement et des vaches, demeure toutefois élevée en Seine-Maritime.

Ses proportions naturelles à se moquer du monde qui l'entoure, la pousse à la fin de sa scolarité à s'orienter vers des études de comédienne.
Valérie intègre donc le Conservatoire de Rouen sans aucun problème.

Les premières années sont difficiles, jusqu'au jour où son destin change suite à la rencontre déterminante de Jean-Michel Ribes.

Ce dernier l'invite à rejoindre la série télé Palace. La sitcom, où elle incarne une gardienne endimanchée, devient un véritable triomphe du petit écran.

Dès lors, les metteurs en scène ne cesseront de surfer sur cet image de bourgeoise.
Louis Malle la dirige ainsi aux côtés de Michel Picoli dans Milou en mai, qui se déroule en mai 1968.

L'apogée de sa carrière étant atteinte grâce à Jean-Marie Poiré (Ma femme s'appelle Maurice, Les anges gardiens) avec les deux succès hexagonaux que sont L'opération Corned-Beef et surtout Les Visiteurs.
Dans ces deux long-métrages, elle donne la réplique au tandem Jean Réno (Le grand Bleu, Les rivières pourpres, L'enquête Corse) ? Christian Clavier (Les bronzés, Napoléon, L'enquête Corse).
Quant à Valérie Lemercier elle obtient pour sa double prestation en Béatrice de Montmirail / Dame Frénégonde) un César du meilleur second rôle féminin.

Une récompense largement méritée, grâce à son interprétation hors-pair de bourgeoise paniquée, coincée, hagarde et débordée par les évènements et l'arrivée soudaine de ses aïeuls venus du Moyen-Âge.

Les visiteurs devient un des plus grand succès du cinéma hexagonal de tous les temps : 13 million d'entrées (seuls Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre d'Alain Chabat, Titanic et La grande Vadrouille devancent ce record).

Maligne, Valérie Lemercier fait des choix de carrière judicieux : elle refuse ainsi de rendosser le rôle qui lui a procuré du succès. Un choix bienvenu au regard de la médiocrité des Visiteurs 2, où Muriel Robin (Sain-Jacques La Mecque) reprend son personnage. Ratage complet.

Excepté ses participations à la Cité de la peur des Nuls, à Casque Bleu de Gérard Jugnot (Les choristes, Meilleur espoir féminin, Monsieur Batignole, Il ne faut jurer de rien) et Vendredi soir, long-métrage intimiste de Claire Denis (Beau Travail) avec Vincent Lindo (Chaos, La crise, La confiance règne), Valérie Lemercier se consacre désormais à ses « one-woman « shows, ses disques décalés et surtout la mise en scène.

Déjà trois films à son actif : Quadrille, Le derrière (où Dieudonné incarne l'amant de Claude Rich, le père de Valérie dans le film) et surtout Palais Royal.
Deux ans et demi de travail pour ce dernier, satire du show-biz avec Lambert Wilson (Dédales, On connaît la chanson, Matrix, Pas sur la bouche) et Catherine Deneuve (Les temps qui changent, Dancer in the Dark, Les demoiselles de Rochefort, Le dernier métro) ?
Marketing intensif (Le grand journal de Michel Denisot, On ne peut pas plaire à tout le monde de Marc-Olivier Fogiel, RTL etc) et des critiques élogieuses au final.

Reconversion derrière la caméra réussie donc, pour celle qu'on cantonna longtemps aux rôles de bourgeoise.

H.T


Par zoom-Cinema.fr le 28 avril 1999.

Dernières réactions sur Le derrière

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Le derrière" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Le derrière.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :