Accueil > Les Plages d'Agnès > Secrets de tournage

Les Plages d'Agnès
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Les Plages d'Agnès Affiche du film Les Plages d'Agnès
 


50 %   (65 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 17 décembre 2008

Genre : Documentaire.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Les Plages d'Agnès

Secret de tournage du film Les Plages d'Agnès

Une cinéaste de renom

Les plages d’Agnès retrace la vie d’Agnès Varda, célèbre cinéaste à qui l’on doit notamment Cléo de 5 à 7 ou encore Les glaneurs et la glaneuse. Elle est connue également pour avoir été la compagne de Jacques Demy, le réalisateur des Parapluies de Cherbourg. Son fil Mathieu Demy est devenu lui aussi acteur. Les plages d’Agnès sort fin 2008, précédé d’excellentes critiques.

Genèse

Agnès Varda explique comment elle eu l'idée de mettre en scène Les plages d'Agnès : "c’est une drôle d’idée de se mettre en scène et de filmer un autoportrait quand on a presque 80 ans.Cette idée a germé dans ma tête un jour, sur la plage de Noirmoutier, quand j’ai réalisé que d’autres plages avaient marqué ma vie. Les plages sont devenues prétexte et chapi- tres naturels du film. Beaucoup de vieilles personnes ont envie de raconter leur vie. Moi aussi. J’ai souhaité transmettre à mes proches et à d’autres quelques-uns des faits et travaux de mon parcours de vie. Quelques mots du vieux Montaigne (dans sa préface des Essais, 1595) m’ont confortée dans ce projet. « Je l’ai voué (mon livre) à la commodité particulière de mes parents et amis: à ce que m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver certaines de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive, la connaissance qu’ils ont eue de moi. »

Mes enfants et petits enfants ont accepté d’entrer dans mon jeu et de composer pour moi une famille dont les images sont rêveuses. Mais auront-ils de moi une connaissance plus entière et plus vive? Et mes amis, et les autres? Quelques demandes m’avaient été faites de me prêter à un portrait documentaire mais allais-je déballer mes souvenirs, des objets et des photos pour des inconnus, qui en feraient le tri selon leur goût (et cela eût été normal). Non! Autant choisir moi-même ou avec un ami. Didier Rouget, donc, m’a incitée à commencer ce projet en coréalisant avec moi la première séquence sur une plage belge, liée à mes sou- venirs d’enfance. La chance nous a offert du vent... et des surfeurs qui passaient à la queue- leu-leu.  J’y ai vu une bonne raison de continuer le film, mais seule avec mes images, mes souvenirs et mon désir de mélanger le présent -fût-il mis en scène- avec des vrais documents, des scènes de mes films, des bribes de mes créations diverses. Montrer aussi des peintures que j’aime. Parler des absents comme s’ils étaient là."

Collage

Agnès Varda explique comment elle a abordé de manière originale l'exerice de l'autobiographie : "parler de moi a pris un sens quand mon but a été de trouver une forme, une cinécriture pour faire un film de ce fouillis qui émerge sporadiquement de ma mémoire. C’est clairement un collage qui s’est mis en place lentement, le temps qu’il faut pour compléter un puzzle, pour qu’à la fin, une figure ou un paysage se compose ou se brouille en kaleidoscope. Les extraits de mes films ont été traités comme si l’ensemble de mes films était une banque de données et que je pouvais utiliser une scène de fiction ou de documentaire hors de son contexte. J’ai inclus aussi des photographies comme celles que j’ai faites pour Vilar au Festival d’Avignon ou celles de mes reportages sur la Chine en 1957 et sur la Révolution Cubaine en 1962. C’est l’ensemble de mon travail qui me raconte, plus encore que mes propos.Il y a enfin ma rencontre avec Jacques Demy, notre vie commune avec des hauts et des bas, nos enfants, le cinéma, nos voyages puis sa maladie et sa mort. Cette belle aventure d’amour, une grande part de ma vie, s’est naturellement intégrée dans ma vie de cinéaste et dans ce film ."

Musique

Agnès Varda a accordé un soin particulier à la musique : "un peu de musique originale. Un beau thème, la Sonate pour deux cœurs de Joanna Bruzdowicz et des extraits de ses autres musiques composées pour Sans toit ni loi et Jacquot de Nantes. D’autres créations de Stéphane Vilar et de Paule Cornet. On entend aussi du Georges Delerue, en extraits musicaux de L’Opera-Mouffe, Du côté de la côte et de Documenteur. Quant à Pierre Barbaud, il avait composé une musique dodécaphonique pour La Pointe Courte en 1955, et une autre pour Les Créatures en 1967. Comme pour les extraits de films hors contextes, les musiques de films, recyclées avec plaisir, isolées des images qu’elles accompagnaient, prennent un autre relief. C’est un des autres aspects du puzzle."

Par zoom-Cinema.fr le 17 décembre 2008.

Dernières réactions sur Les Plages d'Agnès

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Les Plages d'Agnès" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Les Plages d'Agnès.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :