Accueil > Romaine par moins 30 > Secrets de tournage

Romaine par moins 30
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Romaine par moins 30 Affiche du film Romaine par moins 30
 


50 %   (45 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 29 avril 2009

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Romaine par moins 30

Notre interview de Sandrine Kiberlain

Sandrine, vous êtes à l’affiche du film d’Agnès  Obadia, qui s’appelle « Romaine par moins 30 », qui sort sur les écrans le 29 avril prochain. Romaine est un personnage un peu particulier, on va en reparler. J'aimerais savoir ce que vous a inspiré ce personnage lorsque vous l’avez découvert à la lecture.

Comme son titre l’indique, c’est un prénom totalement insolite, atypique. Elle m’a évoqué ça, quelqu’un de très particulier dans sa fantaisie, dans son énergie. C’est une fille très contemporaine, très dépassée par les évènements mais très déterminée. Elle sait beaucoup plus ce qu’elle veut que ce que l’on peut imaginer. C’est une fille, Pierre Richard au féminin,
une Bridget Jones Française, qui se prend les pieds dans le tapis mais qui surmonte les catastrophes. Quand le film démarre, elle vit avec un homme qui lui fait trop de surprises. Elle n’est pas capricieuse ni blasée mais elle a envie de savoir ce qu’elle veut elle. Quand le film commence, elle fait des aveux à cet homme parce qu’elle croit que l’avion dans lesquels ils se
trouvent va se scratcher. Ça passe par des aveux terribles à entendre, ils se séparent et le film commence. Elle est très spontanée, dans la vérité, dans la curiosité, les yeux grands ouverts sur le monde. Elle fonce, dans le film elle va se ramasser et faire des rencontres improbables.

 

On a l’impression que Romaine est un personnage de bande dessinée. Qu’est-ce que vous en pensez ?
 
Je suis d’accord avec vous. Elle est très stylisée, c’est un personnage très dessiné. Comme elle est à Montréal et qu’il fait -30°, on l’a construite de manière très précise avec Agnès Obadia, une parka rouge, un grand bonnet comme sur l’affiche, des jambes toutes fines. Elle inspire
immédiatement la comédie et le dessin, quelque chose de très précis. Comme ce sont les aventures de Romaine, on pourrait les décliner comme une bande dessinée, Romaine à la plage … On pourrait suivre ce personnage dans d’autres aventures. Là c’est dans la neige mais ça
pourrait être à la mer. Elle a un côté attachant, comme un petit personnage de BD. Elle déboule, toute l’histoire est très écrite. Les personnages qui l’entourent sont aussi des petits personnages de BD, très stylisés. Il y a une hôtesse de l’air complètement maniaque, les mecs sont complètement  stéréotypés, donc ça fait penser à une BD.
 
Romaine est un personnage qui a déjà existé à l’écran, peut être que certains cinéphiles s’en souviennent, Agnès Obadia qui a crée ce personnage et qui réalise ce film aujourd’hui l’a déjà interprété dans plusieurs courts métrages, que vous n’avez pas voulu voir. Pour quelle raison ?
 
Je n’ai pas voulu voir les courts métrages dans lesquels Agnès interprétait le rôle de Romaine tout en le mettant en scène, parce que ça fait partie du passé d’Agnès Obadia, d’une Romaine passée. Elle a fait appel à moi pour une Romaine présente. Je ne voulais pas me laisser influencée par des images qui auraient pu être fortes pour moi. Déjà que je choppe des choses aux réalisateurs inconsciemment ! Agnès à ce côté, yeux  grands ouverts, taches de rousseurs… Physiquement, on n’est pas loin, a des choses un peu trop grandes… J ne voulais pas que ça prenne le dessus sur mon interprétation. Je me disais que si elle avait fait appel à moi pour jouer Romaine aujourd’hui, c’est pour avoir une Romaine construite à nous deux, avec mon idée de cette Romaine là et ce que j’ai envie de jouer avec la partition qu’elle me donne. Je pense que ça m’aurait desservi. Maintenant que c’est fait j’aimerais les voir. Comme J’ai vraiment aimé travailler avec elle, je voudrais voir ce qu’elle a fait.

Sandrine, « Romaine par  moins 30 », vous l’avez tourné en grande partie au Canada, à Montréal.Alors, deux mois de Québec, ça laisse quel souvenir ?

Ça laisse un accent ! Ça laisse des souvenirs joyeux avec ce tournage, des souvenirs d’un travail intense aussi, parce que c’était des journées à l’américaine où l’on tourne 10 à 12 heures par jour avec le grand froid, mais des gens qui étaient là pour nous équiper de manière à ce qu’on ne le ressente pas trop. Une énergie… J’ai vu le film fini, je me dis « ouah, qu’est-est ce que j’ai bougé », c’est un film physique, j’ai le souvenir d’un film physique. Comme souvenir du Québec, les gens sont très chaleureux. Moi j’avais le charme de l’étrangère donc ils étaient d’autant plus chaleureux mais il y a entre eux une façon de se recevoir chez les uns et les autres, peut être parce qu’il fait très froid dehors  et qu’ils ont besoin de se réchauffer dans le vrai sens du terme. Ce sont des gens simples, avec moins de hiérarchie, plus de simplicité dans leur rapport aux autres.
 
 

Par zoom-Cinema.fr le 29 avril 2009.

Dernières réactions sur Romaine par moins 30

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Romaine par moins 30" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Romaine par moins 30.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :