Accueil > Pascal Greggory
 Pascal Greggory

Pascal Greggory

Nom : Greggory
Prénom : Pascal
Date de naissance : 8 septembre 1953
Âge : 66 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Pascal Greggory




Biographie

Pascal Greggory a vu le jour à Paris le 8 septembre 1953, d'un père directeur d'une société de signalisation routière. Dès l'âge de 7 ou 8 ans, de son propre aveu, il sait qu'il sera comédien et prend des cours de théâtre. Adolescent, il se produit comme soprano solo dans les chœurs de l'Opéra de Paris et, un peu plus tard, fréquente les cours Périmony et Florent, pour intégrer, comme auditeur libre, le Conservatoire National d'Art Dramatique (classes de Marcel Bluwal et Antoine Vitez), où il reste deux ans. Catégorisé “jeune premier romantique”, il débute sa carrière professionnelle en 1974 aux côtés d'Annie Girardot, à la fois au théâtre ("Madame Marguerite") et au cinéma (Docteur Françoise Gailland), et trouve finalement son premier rôle important grâce à André Téchiné qui l'impose, contre l'avis des producteurs, dans le personnage de Barnwell sur Les sœurs Brontë. En 1983, c'est la révélation avec Rohmer, qui lui offre le rôle principal de Pauline à la plage, celui de Pierre, ephèbe en maillot marin qui enseigne la planche à voile à Pauline et tombe amoureux de la pulpeuse Marion. Scène culte quand Pascal Greggory se fait repousser par Arielle Dombasle pendant la fête du village. Une révélation, certes, n'empêche que le jeune comédien se voit par la suite catalogué “acteur intello” et peine à trouver un second souffle. Plusieurs films d'auteur pour public restreint l'emmènent à des retrouvailles avec Rohmer en 1992 dans L'arbre, le maire et la médiathèque. Entre-temps, Pascal Greggory aura fait une rencontre cruciale en la personne du Patrice Chéreau, qui le dirige sur scène notamment dans "Hamlet", de Shakespeare, et "Dans la solitude des champs de coton", de Bernard-Marie Koltès, pièce qui les entraînera pour une tournée dans le monde entier. C'est d'ailleurs sous l'égide du même cinéaste que le comédien effectue sa grande rentrée cinématographique. D'abord en incarnant le duc d'Anjou dans La reine Margot, puis en tenant le rôle central de Ceux qui m'aiment prendront le train.

L'acteur a veilli, mûri, ses traits se sont creusés et il arbore désormais un crâne quasi-rasé. Signe des temps, désormais, les rôles s'enchaînent sans répit : Saint Loup carnivore et rebelle dans Le temps retrouvé de Raoul Ruiz, prisonnier musclé et violent dans Zonzon (nomination aux César 99 dans la catégorie Meilleur acteur) duc d'Alençon dans Jeanne d'Arc, éditeur passionné par une photographe dans La fidélité, on le retrouve ensuite dans La môme, Rien de personnel, Gabrielle, le musclé Nid de guêpes et en grand indécis amoureux dans La confusion des genres, où, pour la première fois, il aborde un registre comique.

Filmographie sélective :