Accueil > Robert Altman
 Robert Altman

Robert Altman

Nom : Altman
Prénom : Robert
Date de naissance : 20 février 1925
Date de décès : 20 novembre 2006
Nationalité : Américain



L'actualité récente de Robert Altman

Sony cherche son Popeye...

Sony cherche son Popeye...
Le 23 mars 2010 à 09h30





Biographie

Robert Altman est né le 20 février 1925 à Kansas City, Etat du Missouri. Après un bref passage chez les Jésuites, il entre à l'école publique, puis achève ses études à l'Académie militaire Wentworth de Lexington. Au cours de la guerre, il s'engage volontairement et se retrouve affecté comme co-pilote de B-24 au 307e Bomber Group sur l'île de Morotai (Antilles néerlandaises). De retour de la guerre, il s'établit en Californie, s'intéresse au cinéma, fait un peu de figuration, écrit les paroles de la comédie musicale "The Rumors Are Flying", travaille pour la radio... En 1947, il rencontre George W. George, avec lequel il écrit le scénario du film policier Bodyguard, que réalise Richard Fleischer, puis signe celui de Christmas Eve. De retour à Kansas City, il devient chauffeur à la Calvin Company, une des plus grandes sociétés de production de films d'entreprise et de documentaires des Etats-Unis. Altman conduit camions et limousines pendant six mois et, durant les cinq années suivantes, réalise et monte une cinquantaine de courts métrages institutionnels. La suite, c'est-à-dire les années 50, le futur réalisateur les passe à écrire des scénarios, à réaliser des spots publicitaires et une série, "Pulse of the City". C'est en 1955 que Robert Altman passe finalement au grand écran en réalisant The Delinquents, suivi un an plus tard par un documentaire sur James Dean, alors fraîchement entré dans la légende après une fameuse collision sur la route de Salinas. Néanmoins, Altman laisse à nouveau tomber le cinéma pour retourner au petit écran, et ce pendant près de douze ans. Il travaille ainsi sur une multitude de séries parmi lesquelles "Alfred Hitchcock présente", "The Whirlybirds", "U.S. Marshall", "Bonanza", "The Roaring Twenties", et encore une vingtaine d'autres. Il réalise en parallèle plusieurs ColorSonics, des courts métrages musicaux également appelés Scopitones, ancêtres de nos clips. En 1964, il produit et réalise le pilote "Nightmare in Chicago", qui sera distribué en salles sous le titre Once Upon a Savage Night. En 1968, retour pour de bon au cinéma avec deux films qui passent plus ou moins inaperçus, avant le succès gigantesque remporté par M*A*S*H en 1970, qui glâne la Palme d'or à Cannes et le titre du Meilleur film à la National Society of Film Critics. Ne se contentant pas du comique troupier de haute volée (M*A*S*H prend pour cadre la guerre du Vietnam),
Robert Altman aborde ensuite tous les genres : le film policier (Le privé), le film intimiste (Images, Trois femmes), le western (John McCabe, Buffalo Bill et les Indiens), le film de gangsters (Nous sommes tous des voleurs), la science-fiction (Quintet), le film choral (Nashville, Un mariage), élaborant petit à petit toute une réflexion sur les images produites par les cultures et sous-cultures américaines, dont il s'amuse à en détruire systématiquement les stéréotypes. Popeye, en 1980, est un grand succès populaire, faisant immédiatement du débutant Robin Williams une star. Pourtant, Altman ne se repose pas sur ses lauriers et il quitte Hollywood pour New York, où il enchaîne pièces filmées et dramatiques télé jusqu'en 1990, année où il réalise en France le méconnu Vincent et Théo, avec Tim Roth dans le rôle de Van Gogh. 1992 marque le retour de Robert Altman à Hollywood par la grande porte. Son Player est en effet un grand succès public et critique, dépeignant les mésaventures d'un candide dans l'univers cynique hollywoodien. Tim Robbins reçoit pour l'occasion le Golden Globe du Meilleur acteur, et le film récolte les Prix de la mise en scène et du Meilleur acteur à Cannes. Altman est quant à lui cité à l'Oscar du Meilleur réalisateur. Suivront Short cuts, d'après des nouvelles de Carver, Prêt-à-porter, tourné à Paris, satire du monde
de la mode, Kansas City, une comédie qui se déroule sur fond de Prohibition, couplé avec Jazz '34, une reconstitution documentaire de la scène jazz de Kansas City pendant les années 30. Enfin, avec The gingerbread man, il réalise une œuvre de commande dans la plus pure tradition hollywoodienne, qui tranche nettement avec le cinéma incisif et personnel du réalisateur. Cinéma auquel il revient via Cookie's fortune de haute volée. En dépit d'une carrière cinématographique bien remplie, Robert Altman n'a jamais cessé de travailler pour la télévision, produisant et réalisant de nombreux téléfilms, pilotes et séries (dont "Tanner for President", une satire politique diffusée en 1988). Il a produit également plusieurs films d'Alan Rudolph (dont Remember my name et Mrs. Parker et le Cercle Vicieux), et mis en scène plusieurs opéras ("The Rake's Progress", "McTeague"). Il est décédé le 20 novembre 1966 à Los Angeles. Son dernier film restera le bien-nommé The last show.

Les films réalisés :