Accueil > William Friedkin
 William Friedkin

William Friedkin

Nom : Friedkin
Prénom : William
Date de naissance : 29 août 1939
Âge : 80 ans
Nationalité : Américain



L'actualité récente de William Friedkin

Première image de Joe

Première image de Joe
Le 8 février 2013 à 10h57



Killer Joe, nouveau poster

Killer Joe, nouveau poster
Le 11 mars 2012 à 20h19


James Cameron contre la 3D !

James Cameron contre la 3D !
Le 23 février 2010 à 10h02




Biographie

Originaire de Chicago, où il voit le jour le 29 août 1939, William Friedkin naît dans une famille modeste, avec une mère infirmière et un père successivement marin, joueur de football semi-pro et vendeur dans un magasin de vêtements. Le jeune garçon commence à travailler à l'âge de 16 ans, au service courrier d'une station de télé locale. Rapidement conquis par la passion consommée de William Friedkin pour le cinéma (passion contractée à la vision de Citizen Kane), les responsables de la chaîne ne tardent pas à lui confier des tâches de plus en plus importantes, jusqu'à la réalisation d'émissions.

Ainsi, en dix ans, entre 1954 et 1963, il mettra en scène près de deux cents émissions, parmi lesquelles des dramatiques (dont de nombreux épisodes de "Alfred Hitchcock présente") et des programmes documentaires à visée pédagogique. A 27 ans, exilé à Hollywood, il réalise son premier long métrage, Good Times, dans lequel brillent les vedettes du moment Sonny & Cher. L'intérêt cinématographique de ce premier opus est par ailleurs plutôt mince, mais c'est une manière pour le jeune réalisateur de se faire les dents, lui qui va, dans les années qui suivent, adapter pour le grand écran trois pièces de Harold Pinter : ce seront L'anniversaire, l'histoire loufoque d'un homme menacé par deux mystérieux individus, The Night They Raided Minsky, qui navigue entre burlesque et nostalgie, et Les garçons de la bande, intense jeu de la vérité au sein d'une bande d'homosexuels.

Finalement, c'est avec un matériau beaucoup plus cinématographique (le démantèlement d'un réseau de drogue par deux super flics) que William Friedkin se fait un nom : French connection est un immense succès, et permet au réalisateur de décrocher l'Oscar du Meilleur réalisateur. Que dire, par la suite, du triomphe obtenu par L'exorciste, cultissime film d'horreur qui reste, encore aujourd'hui, un indétrônable dans les vidéothèques ? Mine de rien, Friedkin sort alors du ghetto un sous-genre, le film de démonologie, qui fera nombre de petits par la suite. La qualité première du réalisateur est de s'adapter parfaitement à tous les genres, maîtrisant remarquablement la technique comme le récit cinématographique.

En 1977, il essuie pourtant un premier échec financier avec Le convoi de la peur, remake du Salaire de la peur de Clouzot, qui dégageait un inattendu parfum de fantastique. En 1978, Têtes vides cherchent coffre plein, avec Peter Falk, est une aimable pochade policière bâtie comme un exercice de style. Cruising, en 1980, sera le film des retrouvailles entre l'auteur et les cinéphiles, avec cette très sombre et éprouvante enquête d'un inspecteur “undercover” (Al Pacino) dans les milieux gay SM new-yorkais.

Sulfureux et violent, Cruising l'est comme les films de William Friedkin qui émailleront la décennie 80, avec notamment le très efficace Police Fédérale Los Angeles, polar à tiroirs nerveux et tordu. La nurse et Le sang du châtiment, qui reprennent vaguement le filon du fantastique dans la droite lignée de L'exorciste, seront par contre deux échecs cinglants, que ne viendront pas effacer ses films suivants, Blue chips, sur le monde du sport, et Jade, décalque franchement raté de Basic instinct. Après un remake télévisuel très applaudi de Douze hommes en colère, William Friedkin revient aujourd'hui avec L'enfer du devoir, polar psychologique sur fond de troubles politiques au Moyen-Orient.

Les films réalisés :


Filmographie sélective :