Cloverfield (06-02-08)
Critique du film

Affiche miniature du film Cloverfield (06-02-08) Affiche du film Cloverfield (06-02-08)
 


53 %   (33 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 6 février 2008

Genre : Science-Fiction.
Nationalité : Américain

Critique du film Cloverfield (06-02-08) (7 / 10)

MARS ATTACKS !

La montagne n'a pas accouché d'un navet. Tout le contraire du long-métrage Des serpents dans l'avion. Un buzz sur Internet, et un résultat médiocre. Cloverfield bénéficie d'une mise en scène intelligente, qui a le bon goût de ne pas se complaire dans la surenchère. Là réside tout le point fort de ce long-métrage qui réalise le grand écart quelque part entre Le projet Blair Witch et La guerre des mondes. Peu d'effets spéciaux, mais plutôt des partis-pris louables, pour un résultat honorable. Si on regrettera les effets de caméras saccadés, le spectateur se réjouira de l'énergie de l'ensemble à défaut de son inventivité. Cloverfield réussit à tenir en haleine jusqu'au bout, sans chercher à nous en mettre plein les mirettes. Efficace.

Cloverfield

On aurait pu assister à la plus grosse arnaque du mois de Février avec le gros buzz causé par la promo, assaisonnée d'un teaser qui n'en disait pas long mais qui nous laissait entendre de quel genre il était question. Internet alimente les rumeurs les plus folles, des photos présumées réelles du monstre sont diffusées. Que penser de tout ce tapage ? Le doute sur la fiabilité - qualité du projet en laisse plus d'un songeur. Mais les kamikazes (ou simples curieux) s'infiltrent dans la salle obscure, découvre les 10 premières minutes représentant assez peu d'intérêt et se voient surpris d'être assujettis par ce qui suit, à savoir : Le chaos total - une intrigue haletante - des effets spéciaux utiles (!), l'action ne laissant aucun répit.

Si les plus sévères crient déjà que le réalisateur Matt Reeves n'a rien inventé, nous, on s'écrit CERTES et alors ? Il nous offre 1h30 de divertissement sans entrer dans la longue série des film américains avec pour seul objet le vilain gros monstre. Cloverfield dépasse bel et bien ce stade. A aucun moment la bête ne passe pour l'intérêt essentiel du film. Le monstre est bien évidemment la cause du suspens, mais en aucun cas le point sur lequel se fige le film. Et derrière le saccagement de Manhattan, l'amour, la peine et la peur pointent le bout de leur nez. Pour un premier long métrage, Matt Reeves s'en sort étonnamment bien, alors que rien n'était acquis d'avance.

Tiffany

Par zoom-Cinema.fr le 6 février 2008.

Dernières réactions sur Cloverfield (06-02-08)

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Cloverfield (06-02-08)" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Cloverfield (06-02-08).

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :