Accueil > La famille Tenenbaum > Secrets de tournage

La famille Tenenbaum
Secrets de tournage

Affiche miniature du film La famille Tenenbaum Affiche du film La famille Tenenbaum
 


51 %   (101 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 13 mars 2002

Genre : Comédie.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film La famille Tenenbaum

Secret de tournage du film La famille Tenenbaum

Le tournage


Le tournage a commencé en mars 2001. Wes Anderson et son équipe avait 240 scènes à réaliser pour 60 jours de tournage. Mathématiquement cela signifiait qu'il fallait tourner quatre scènes par jour. Certaines scènes ont été filmées au court central du West Side Tennis Club, sur le toit de Boy's Harbor School qui surplombe Central Park, au Waldorf Astoria - la résidence de Royal, le Lindbergh Palace Hotel - et sur un bateau, le Kingspointer. Les "vignettes" qui montrent la famille Tenenbaum autour du monde, en Jamaïque, en Antarctique, sur l'Amazone, en Nouvelle-Guinée, dans l'Indiana, le Dakota du Nord, à Paris et dans l'Himalaya ont été filmées à Yonkers, Westchester et dans le New Jersey. La notion de groupe s'est construite au fur et à mesure et plutôt hors du plateau que devant la caméra. Une salle avait été aménagée dans la maison, où tous les acteurs se rassemblaient. Plutôt que d'aller chacun dans leur caravane, ils venaient parler ensemble, sérieusement ou non.

L'univers

Le trio de créateurs s'est entouré des mêmes personnes que pour leurs précédents projets. Un an avant le tournage, Wes Anderson et son équipe ont effectué des repérages à New York et dans les environs de la ville. Le réalisateur voulait capter un certain esprit de la vie de la Grosse Pomme, l'impression d'un New York imaginaire. La vile fétiche de Woody Allen est un peu traité comme Londres dans Mary Poppins.  Cette notion de cité stylisée, proche du conte de fées, fait appel à des éléments caractéristiques comme les taxis omniprésents et des endroits comme Archer Avenue, Mockingbird Heights, les Archives Publiques, la 375e Rue Y et les transports publics comme le ferry d'Irving Island, l'Express de la 22e Avenue ou les bus Greenline.

Wes Anderson et son équipe ont créé un univers dans lequel le sens de la réalité est intensifié et embelli. Au départ, Anderson pensait tourner en studios pour exagérer l'aspect irréel, avant de se rétracter : il fallait éviter trop d'imaginaire et au contraire asseoir l'histoire sur une base réaliste en la faisant se dérouler dans une vraie maison et de vraies rues.

La maison

La maison est l'un des personnages du film. Le chef décorateur, David Wasco a choisi un petit manoir en mauvais état d'un quartier ancien de Harlem appelé Hamilton Heights, au coin de la 144e Rue et de Convent Avenue. La maison comportait plusieurs éléments voulus par le scénario : salon, salle à manger, salle de séjour, vestibule, et même les trois chambres superposées des enfants.

Il y avait aussi une terrasse sur le toit où Richie pouvait élever ses faucons. La maison avait un aspect extérieur qui convenait au film et une atmosphère un peu surannée digne des vieilles demeures familiales. Cette demeure devait vraiment avoir une histoire, impossible à obtenir en studios. Les acteurs devaient pouvoir entrer dans la peau de leur personnage en évoluant dans la maison où ils avaient grandi. Les rares éléments manquants, comme la cuisine, le bureau d'Etheline et la salle de bal ont été trouvés dans des propriétés voisines.

Chaque pièce a été décorée pour refléter la personnalité des êtres qui l'habite. Le bureau d'Etheline a été élaboré après avoir consulté la Société d'Archéologie de New York et la mère de Wes Anderson, elle-même archéologue. Les chambres des enfants n'ont pratiquement pas changé depuis leur enfance. Eric Anderson, frère du réalisateur, artiste et illustrateur de talent, a lui aussi apporté sa contribution. Dès les premiers contacts, il a envoyé à Gene Hackman et Anjelica Huston des dessins les représentant sous les traits de leur personnage.

Il a peint les oeuvres de Richie, dont dix-sept portraits de Margot, qui décorent les murs de la salle de réception. Eric Anderson a également peint les fresques murales de la chambre de Richie qui relatent l'histoire de la famille Tenenbaum. Les deux frères Anderson qui sont les auteurs des dessins d'enfants qu'Etheline accroche dans le vestibule.

Costumes

Karen Patch, collaboratrice d'Anderson sur ses deux précédents films, et le réalisateur ont commencé à penser aux costumes en avril 2000, avant même la fin de l'écriture du scénario, et en ont parlé cinq mois avant qu'elle ne le lise. Dans ses films, Wes Anderson aime inclure l'idée d' "uniformes". Ici, ces "uniformes" aident à renforcer l'idée que les enfants Tenenbaum sont restés figés dans l'enfance. Une partie de l'histoire tient à la façon dont ils sont restés liés à ce qu'ils étaient à l'âge de dix ans. Leur caractère, leur personnalité se sont en grande partie formés à ce jeune âge, et à 30 ans, ils ont le même style de vêtements et la même coiffure.

La musique

Wes Anderson entretient une profonde passion pour la musique et l'utilise à chacune des étapes de la création de ses films. Elle est d'ailleurs omniprésente dans "La famille Tenenbaum", avec notamment "Hey Jude" dans l'introduction. Au moment de l'écriture, Anderson faisait souvent écouter une chanson à ses collaborateurs pour expliquer ce qui se passait dans telle ou telle scène. Le réalisateur faisait écouter aux acteurs des musiques très différentes, afin de les influencer. La musique composée par Mark Mothersbaugh apporte énormément à la texture du film.

Par zoom-Cinema.fr le 13 mars 2002.

Dernières réactions sur La famille Tenenbaum

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "La famille Tenenbaum" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu La famille Tenenbaum.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :