Accueil > Le Crime est notre affaire > Secrets de tournage

Le Crime est notre affaire
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Le Crime est notre affaire Affiche du film Le Crime est notre affaire
 


50 %   (51 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 15 octobre 2008

Genre : Policier.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Le Crime est notre affaire

Secret de tournage du film Le Crime est notre affaire

Suite de Mon petit doigt m’a dit

Sans surprise, le succès du film Mon petit doigt m'a dit a donné des idées aux producteurs. D’autant que le long-métrage était adapté d’un livre d’Agatha Christie. Pourquoi ne pas retrouver Bélisaire et Prudence Beresford dans un second volet ? Derrière la caméra, toujours Pascal Thomas. Entre temps, le cinéaste a porté à l’écran un autre roman d’Agatha Christie, L’Heure zéro. Le réalisateur retrouve Catherine Frot et André Dussolier dans les rôles principaux. Le comédien a connu un sérieux revers avec, gros échec commercial, Leur morale et la nôtre. Catherine Frot s’en est mieux sorti avec L’Empreinte de l’ange. Le crime est notre affaire sort le 15 octobre 2008 en France. Principal concurrent, un autre long-métrage français : Coluche d’Antoine de Caunes avec François-Xavier Demaison.

Jamais deux sans trois

Pascal Thomas adapte donc pour la troisième fois Agatha Christie. Le cinéaste est un grand admirateur de la reine des romans policiers : "j’aurais dû en faire plus ! C’est une œuvre tellement riche, tellement variée, qui me semble, comme celles de Balzac ou de Simenon, inépuisable. Certains metteurs en scène se sont consacrés à Simenon, à William Irish, ou à Stendhal, d’autres à Dumas. Pour ma part, je serais ravi d’adapter ces auteurs et bien d’autres encore, tels que Léo Perutz, Labiche ou Feydeau. Pour l’instant c’est Agatha Christie. Peut-être parce qu’elle autorise une grande liberté et me permet de greffer mon univers cinématographique sur le sien. es deux précédents romans d’Agatha Christie que j’ai adapté ont été le prétexte de développements très personnels. Le Crime est notre affaire offre à Catherine Frot et André Dussolier la possibilité d’enrichir le duo que nous avons créé dans Mon petit doigt m'a dit. Ce genre de couple, élégant, impertinent, libre, à contre-courant des modes et des comportements établis et surtout très amusant, manquait au cinéma français, si l’on en croit le très nombreux public qui s’est reconnu en lui comme s’étaient déjà retrouvées beaucoup de spectatrices dans le personnage de la Dilettante. Catherine Frot et André Dussolier sont parvenus à une telle maîtrise de leur art qu’ils sont tout entiers au plaisir de jouer, et peuvent prodiguer sans compter les talents d’humour et de cocasserie peu communs dont ils sont pourvus. On peut dire que le rire est leur affaire."

Des décors fabuleux

Pascal Thomas, réalisateur du film Le crime est notre affaire : "dans Mon petit doigt m'a dit, nous avions construit un pays imaginaire loin du réalisme des séries policières. Nous l’avions appelé "Le pays du film". Le domicile de nos héros était un château dominant le lac du Bourget, nous l’avons conservé pour Le crime est notre affaire. J’aime les films généreux. Nathalie Lafaurie, qui est une productrice exigeante, tenait elle aussi à ce que Le Crime est notre Affaire, soit encore plus somptueux que les précédents d’Agatha Christie. Nous avons pu choisir des décors luxueux et abondants, à la fantaisie baroque. De grandes et belles demeures de Savoie, des dépendances dans le Val d’Aoste, des œuvres d’un sculpteur suisse, des décors somptueux, dénichés ici et là ; bref, nous n’avons reculé devant aucune dépense. Katia Wyszkop, la décoratrice, a fait venir d’Italie, d’Angleterre et a puisé dans les fonds des plus prestigieux grands antiquaires, les meubles, les tapisseries et les objets qui donnent leur richesse aux intérieurs du film. Le travail subtil entre l’ombre et les basses lumières de Renan Pollès a achevé de créer ce monde singulier qui flotte entre hier et aujourd’hui et n’existe que sur l’écran. Une des vocations du cinéma n’est-elle pas de dépayser le spectateur, et de le transporter dans un monde rêvé ?"

Dialogues

Le crime est notre affaire recèle de dialogues pétillants. Extraits :
Prudence : "Imagine comme ce serait palpitant d’entendre cogner à la porte, d’aller ouvrir et de voir un mort entrer en titubant."

Bélisaire : "Moi, je n’aime pas les morts qui titubent !"

Prudence : "Ce que tu peux être popote !"

Bélisaire : "La chasse aux criminels, c’est très différent de la chasse aux papillons."

Prudence : "Je ne suis pas d’accord ! Les criminels, c’est comme les papillons : on les attrape et Flouk ! Chlak ! On les épingle."

Prudence : "Les plats, c’est comme les plantes. Ils sont plus réussis si en les mitonnant on leur chante quelque chose. Par exemple pour moi, toutes les fritures c’est du jazz. Le boeuf à la ficelle qui mêle le cru et le cuit, plutôt la trompette bouchée. Pour les huîtres, dont le martyre nous rappelle un peu celui des premiers chrétiens, dévorés vivants par des lions, un requiem, et rien d’autre. "

Par zoom-Cinema.fr le 15 octobre 2008.

Dernières réactions sur Le Crime est notre affaire

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Le Crime est notre affaire" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Le Crime est notre affaire.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :