Accueil > Le pacte des loups > Secrets de tournage

Le pacte des loups
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Le pacte des loups Affiche du film Le pacte des loups
 


55 %   (78 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 31 janvier 2001

Genre : Historique.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Le pacte des loups

Secret de tournage du film Le pacte des loups

Le tournage

Après deux ans de pré-production, Christophe Gans laisse tomber son projet de long métrage sur le sous-marin Nemo. Usé, il contacte son ami François Cognard, qui lui avait parlé d'un script sur la bête du Gévaudan: coup de foudre immédiat du réalisateur de "Crying Freeman". Christophe Gans contacte alors Stéphane Cabel, l'auteur du scénario, pour s'engager dans la réalisation du projet. Ce dernier démarre très fort: Canal + Ecriture et Richard Grandpierre, l'un de ses fondateurs, soutiennent le film. Et la création entre temps de la branche de production StudioCanal France permettra à Christophe Gans de disposer de tous les moyens nécessaires pour mener à bien le tournage. Ce dernier débute le 14 février 2000. Mais dès la première semaine, le film prend une journée et demie de retard. Retard qui va s'accumuler pour porter la durée du tournage à 23 semaines au lieu des 15 initialement prévues.
Le film est par ailleurs composé de 140 scènes avec vingtaine de personnages principaux jouant dans 85 décors différents. Le travail de découpage et de logistique était de ce fait énorme. Christophe Gans a préféré ne pas couper plusieurs scènes d'action, afin de préserver l'ambition commerciale du film. De plus, la venue sur le plateau du maître en chorégraphie de combat Philip Kwok (qui a travaillé avec Tsui Hark, Chang Cheh et John Woo) était une chance inestimable pour la qualité des scènes de combats.

La post-production

La post-production: après les problèmes rencontrés durant le tournage, elle connait elle aussi des difficultés. Au bout de quelques semaines, David Wu (chef monteur Hongkongais de John Woo) quitte le projet pour rallier d'autres engagements. Sébastien Prangère (jeune monteur français) reprend les rennes. Une tâche difficile: il a fallu suivre le rythme donné au film par David Wu, qui allait contre le rythme naturel des plans. Enfin, le retard de la sortie du "Pacte des Loups" est allongé par la mise en oeuvre d'une nouvelle technique: l'étalonnage numérique. Elle permet de conserver toutes les couches de couleurs sur l'image après l'incrustation des effets de synthèse, puisque le film est tiré directement sur support numérique avant d'être transposé sur la bobine de pellicule destinée aux copies. Toutes ces avaries cumulées portent à plus de 50 millions de Francs le dépassement du budget initial. Un budget pharaonique, dû en partie aux effets spéciaux pour donner vie à la Bête du Gévaudan.

Par zoom-Cinema.fr le 31 janvier 2001.

Dernières réactions sur Le pacte des loups

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Le pacte des loups" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Le pacte des loups.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :