Accueil > Pearl Harbor > Secrets de tournage

Pearl Harbor
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Pearl Harbor Affiche du film Pearl Harbor
 


65 %   (195 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 6 juin 2001

Genre : Drame.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film Pearl Harbor

Secret de tournage du film Pearl Harbor

Le tournage de Pearl Harbor

Le jour où l'histoire bascula

Le 26 novembre 1941, 20 sous-marins, suivis par une flotte multiple composée de 2 cuirassés, 3 croiseurs, 11 destroyers, 6 porte-avions, 8 tankers, 3 sous-marins et 423 avions quittent Tankan Bay au Japon. Ils font cap vers l'est, par la route du nord, afin que personne ne découvre qu'ils font route vers les Etats-Unis et son avant-poste occidental le plus important, les îles Hawaii. Au cours de leur progression, l'amiral Isoroku Yamamoto envoie un message codé au vice-amiral Chuichi Nagumo : "Niitaka yama nobore", ce qui signifie "Escaladez le mont Nikita". Ce message donne le signal du début de la mission. Le 2 décembre, Nagumo reçoit l'ordre de desceller une enveloppe top secrète : elle contient les directives précisant que quelques jours plus tard, le Japon allait déclarer la guerre aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne et à la Hollande. A 6 h 45, le matin du 7 décembre (le 8 décembre selon le fuseau horaire du Japon), la première vague d'appareils aériens décolle du pont du vaisseau amiral japonais, l'Akagi. Sous les ordres du commandant Mitsuo Fuchida, 183 bombardiers volent vers le sud-est pendant un peu moins d'une heure, jusqu'à ce qu'ils atteignent la côte nord d'Oahu, à Kahuku Point.

La première vague se sépare en trois groupes. Fuchida, à la tête de 89 Kates - l'un des trois types d'appareils utilisés par la flotte japonaise - se dirige vers le sud-ouest en contournant l'île, droit vers Ford Island et Battleship Row. Le deuxième et le troisième groupe d'attaquants se séparent à nouveau, survolent la Waialua Valley, vers Schofield Barracks, Wheeler Field, Ewa Marine Air Corps Station, Hickam Field, Bellows Field et Kaneohe Bay.

Une deuxième vague de 168 avions atteint Oahu juste après 8 h 40 du matin, pour un nouveau mitraillage au sol sur les bases aériennes américaines. Ce seront finalement plus de 350 Zéros, Kates et Vals japonais qui obscurciront le ciel, faisant pleuvoir des bombes et des tirs de mitrailleuses, détruisant la flotte du Pacifique des Etats-Unis et la plus grande partie de l'île.

La réponse de l'Amérique à cette stupéfiante défaite sera une des missions les plus audacieuses et les plus inattendues de l'Histoire : le bombardement de Tokyo par une mission-suicide conduite par la légende de l'aviation, Jimmy Doolittle.

LE TOURNAGE


Pour recréer le contexte, le producteur Bruckheimer a fourni à Michael Bay des moyens exceptionnels dont le soutien logistique de l'armée (on connait les rapports étroits entre le producteur et le Pentagone). Les scènes s'étalaient parfois sur plusieurs kilomètres carrés, impliquant des dizaines d'appareils en vol, des navires de guerre et des explosions titanesques. Un soin scrupuleux a été apporté à reconstituer la réalité, aussi bien au niveau matériel qu'historique. Des escadrilles entières de Zéros ont volé, le réalisateur a obtenu le droit de tourner sur les lieux mêmes où tout s'est déroulé.

SE SOUVENIR POUR MIEUX RACONTER

Le 2 avril 2000, le studio et les cinéastes, en partenariat avec la Marine des Etats-Unis, ont organisé une cérémonie spéciale en l'honneur des hommes et des femmes qui ont donné leur vie en ce jour fatal. Le commandant de la flotte du Pacifique, l'amiral Thomas B. Fargo, et l'U.S. Park Ranger Kathy Billings de l'Arizona Memorial, accueillaient sur le site de l'Arizona Memorial Dick Cook, Jerry Bruckheimer, Michael Bay, Ben Affleck, Josh Hartnett, Kate Beckinsale, Cuba Gooding Jr. et plusieurs membres des divisions de Hawaii et de San Diego de la Pearl Harbor Survivors Association.

Le tournage a débuté à Oahu le mardi 4 avril par une bénédiction traditionnelle donnée par un prêtre hawaiien. La première scène à être tournée a été poignante pour l'équipe qui découvrait les avions japonais voler au-dessus de leur tête. Michael Bay a également obtenu l'autorisation de filmer sous l'eau à l'Arizona Memorial. Aucun autre tournage n'y avait jamais eu accès. L'image la plus symbolique de Pearl Harbor est en effet l'Arizona, le bateau qui a été coulé. Il repose à douze mètres de fond et est le tombeau de plus de 1100 hommes. Le réalisateur a dû plonger dans les eaux troubles : même encore aujourd'hui il y a du fuel qui s'échappe du bateau. Il y a de la vase, des algues, de grandes bernaches, et soudain on aperçoit un hublot.

QUAND L'ENFER DEFERLE SUR LE PARADIS


La plus grandiose et la plus dangereuse section de la séquence de l'attaque a été tournée quelques jours à peine après le début des prises de vues. Pour des raisons pratiques d'identification, les deux passages de bombardements ont été appelés par euphémisme Big Shot 1 et Big Shot 2.

La première et la deuxième équipe de tournage sont descendues sur le Middle Loch de Pearl Harbor pour installer le camp de base à Victor Dock. Plusieurs petits bateaux et dinghies faisaient la navette tout au long de la journée, transportant acteurs, équipe technique, des dizaines de cascadeurs et de figurants, et l'équipement de la flotte réformée de l'US Navy au mouillage dans la crique. Big Shot 1 a entraîné des explosions sur six bateaux, dont chacun mesurait de 120 à 180 mètres de long. Il a fallu à John Frazier, le coordinateur des effets spéciaux, à son coordinateur de plateau Jim Schwalm et à leur équipe des effets spéciaux un mois entier pour équiper et câbler la flotte. L'équipe dirigée par Frazier a utilisé 700 bâtons de dynamite, plus de 600 mètres de cordon explosif et plus de 15 000 litres de fuel pour mettre le feu aux six bateaux.

L'équipe des effets spéciaux a aussi utilisé de la naphtaline pour créer la fumée noire présente en grandes quantités dans les séquences de bombardement et tout au long du tournage. Il s'agit bien du produit non toxique utilisé dans les boules d'antimite.

L'Environmental Protection Agency s'est continuellement assurée du respect du planning et de l'exécution de la séquence du bombardement. La production s'est entourée de toutes les précautions pour protéger l'habitat et la vie sauvage dans la région (espèces de poissons particulières au lieu, oiseaux, tortues.) et a même bloqué la circulation sur une autoroute à six kilomètres de là.

Michael Bay a toujours eu à l'esprit une image très précise de ce qu'il voulait pour cette séquence. Il a pris le temps nécessaire pour placer les 12 caméras Panavision tout en synchronisant un ballet de plus de 30 cascadeurs, 90 figurants, 9 avions, un bateau-caméra et d'innombrables techniciens d'effets spéciaux assis sur des détonateurs placés stratégiquement autour de la flotte. Le département maritime à lui seul consistait en un baleinier, trois bateaux pour les caméras, un bateau électrique, trois bateaux de renfort, deux jet skis, six radeaux de prise de vues, 5 hors-bord pour la production, 9 petites navettes et 13 bateaux pour les effets spéciaux.

Bien que la plus grande partie de la séquence de bataille ait été réalisée avec des effets spéciaux lors de la prise de vues, directement sur le plateau, beaucoup de détails ont été apportés par la suite par Industrial Light & Magic, la société de George Lucas. Le réalisateur de la deuxième équipe et coordinateur des effets visuels, Eric Brevig, a poursuivi la supervision du processus. Son équipe et lui ont effectué leurs propres recherches historiques, rassemblé les photos et films d'époque disponibles.

Eric Brevig a utilisé des illustrations et des animatiques pour déterminer les mouvements de base des caméras. Il a travaillé étroitement avec David Nowell, le directeur de la photographie aérienne, et son propre caméraman, Mitch Amundsen, au sein de la deuxième équipe pour créer des images correspondant à la vision de Michael Bay.

L'assaut de Pearl Harbor ayant été uniquement une offensive aérienne, le département aérien a pris le pas sur le reste durant la prise de vues. Le coordinateur aérien, Alan Purwin, le chef pilote Steve Hinton et le directeur de la photo aérienne, David Nowell, ont été chargés des détails spécifiques. Hinton, également bien connu des cercles de l'aviation pour sa collection d'avions spéciaux, est aussi l'un des meilleurs pilotes de l'industrie cinématographique. Les avions utilisés comprenaient des Zéros, Kates et Vals japonais et des P- 40 et B - 25 américains.

La flotte aérienne utilisée sur le film comprend un mélange de 16 avions d'époque et de répliques, dont trois répliques de Vals, ces avions qui bombardent en piqué, trois Kates, et trois Zéros pour les avions japonais. Le département aérien a aussi utilisé quatre P-40, un DC3, quatre B-25 et un Messerschmidt ME-109.


SUR LE CONTINENT AMERICAIN

Le 5 mai, les acteurs et l'équipe technique ont quitté Hawaii pour aller tourner à Los Angeles et dans les environs.
Parmi les lieux de tournage figurent le Camarillo State Hospital, Union Station dans le centre de Los Angeles, le Linda Vista Hospital à Boyle Heights, le Queen Mary à Long Beach, Fort MacArthur et le Warner Grand Theatre à San Pedro, le phare des gardes-côtes américains de Palos Verdes, l'aéroport Van Nuys, la base des Marine Air Corps à Tustin et la base aéronavale de Point Mugu, ainsi que le centre du bataillon de construction navale à Port Hueneme.

Plusieurs scènes ont aussi été tournées au Disney Ranch de Newhall et sur le plateau 2 des Disney Studios à Burbank. Parmi les autres lieux de tournage figurent également Point Dume, Point Magu, Pomona, Claremont, LaVerne, Somis et Glendale. A la mi-juin, l'équipe s'est rendue aux studios Fox à Rosarito Beach, Baja, au Mexique, pour tourner durant deux semaines la majorité des séquences sous-marines du film. Le bassin géant des studios a été utilisé pour recréer le chavirement de l'USS Oklahoma et le naufrage de l'USS Arizona et de l'USS West Virginia. Les scènes se déroulant dans la Manche ont été achevées dans le bassin plus petit situé à l'extrémité sud des studios.

Fin juillet, acteurs et techniciens sont partis pour l'est du Texas. Les prises de vues ont commencé à Houston sur l'USS Texas, l'un des derniers bâtiments de ce type qui ont survécu à la guerre, puis ont continué à Corpus Christi sur l'USS Lexington, l'un des deux porte-avions qui restent de la Seconde Guerre mondiale.
Une semaine après la fin du tournage à la mi-août à Los Angeles, une équipe réduite s'est envolée pour l'Angleterre pour tourner les scènes où Rafe sert dans la R.A.F., et au début septembre, une autre équipe restreinte est partie à San Diego rallier l'USS Constellation pour achever les prises de vues du raid de Doolittle.

Invités à bord du porte-avions, Jerry Bruckheimer, Michael Bay et leur équipe ont passé une journée en mer à observer les pilotes de combat de la Navy durant leurs vols d'entraînement. Les avions se posaient et décollaient toutes les 60 secondes, à quelques centimètres de l'équipe. Une fois les exercices terminés, l'équipe technique du film a mis ses B-25 en position sur le pont de vol et ce fut au tour de la Navy d'admirer la manouvre.

Au final, le planning initial n'a été dépassé que d'une seule journée, soit un total de 106 jours, et 10 d'entre eux ont été réalisés avec une équipe réduite.

Par zoom-Cinema.fr le 6 juin 2001.

Dernières réactions sur Pearl Harbor

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Pearl Harbor" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Pearl Harbor.

Ce film a 3 commentaires.


       Email

Votre réaction :