Accueil > The Spirit > Secrets de tournage

The Spirit
Secrets de tournage

Affiche miniature du film The Spirit Affiche du film The Spirit
 


50 %   (52 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 31 décembre 2008

Genre : Action.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film The Spirit

Secret de tournage du film The Spirit

Sortie repoussée

La sortie du long métrage de Frank Miller prévue initialement le 16 janvier 2009 a été avancée pour décembre et plus précisément pour le...31 décembre 2008! Ce film raconte l'histoire d'une recrue des forces policières qui feint sa propre mort pour ensuite combattre le crime dans sa ville, Central City. La distribution est composée de Samuel L. Jackson, Scarlett Johansson, Eva Mendes, Jaime King et bien d'autres. Cette décision serait survenue après une présentation aux fans au Comic-Con à New- York. En France, le film sort en pleine période de fin d'année, période de forte concurrence, de Madagascar 2 : la grande évasion à Largo Winch en passant par Agathe Cléry. Mais The Spirit pourra compter sur un atout de choix : Scarlett Johansson. La comédienne est la grande gagnante de l'automne 2008. Sa dernière participation en date avec Woody Allen, Vicky Cristina Barcelona, a franchit le cap du million d'entrées en France !

De la BD au film

Adapté de la bande dessinée culte de Will Eisner, The Spirit allie action, aventure et sentiment dans un déluge d’inventivité visuelle et de sensualité. Frank Miller, scénariste et coréalisateur de Sin City et auteur du graphic novel 300, a réalisé le film d’après sa propre adaptation. The Spirit nous entraîne au cœur d’une aventure aussi esthétique que spectaculaire, sombre et magistrale sur les traces d’un héros qui a trop connu la mort pour ne pas avoir faim de vie.
The Spirit marque l’alliance du talent de deux maîtres de la bande dessinée : Frank Miller, le créateur d’œuvres majeures comme Sin City, 300 et Will Eisner, l’inventeur du comic book américain moderne qui révolutionna l’univers de la bande dessinée en 1940 avec The Spirit. Soixante-huit ans plus tard, Frank Miller bouscule les conventions du cinéma avec The Spirit, le film inspiré de la bande dessinée éponyme.
Frank Miller  raconte : "Will Eisner a toujours été une de mes plus grandes sources d’inspiration. J’avais 13 ans lorsque j’ai découvert ses bandes dessinées. A l’époque, je pensais que c’était un nouvel artiste parce que ses B.D. étaient plus rafraîchissantes et novatrices que toutes celles que j’avais lues, mais il dessinait déjà depuis plus de trente ans !"
A 23 ans, Will Eisner était déjà un auteur reconnu quand il a créé The Spirit, une série publiée dans un hebdomadaire. En plus d’avoir provoqué une rapide évolution de la B.D. du format en trois ou quatre cases à une mise en page plus complexe et libre, la série a été l’incubateur de plusieurs innovations graphiques et narratives essentielles. Alors que la mode était aux justiciers costumés comme Batman et Superman, Will Eisner a créé un héros masqué en costume, cravate, gants et feutre qui n’avait pas de pouvoirs surhumains. Ce n’était ni un milliardaire, ni un extra-terrestre, juste un ancien flic nommé Denny Colt que tout le monde croyait mort. Le Spirit était un personnage de bande dessinée pour adulte avec un sens de l’humour teinté d’ironie, un goût marqué pour les belles femmes, et une dévotion totale pour Central City, un melting-pot urbain aussi vaste que sombre qu’il appelait sa ville. Will Eisner racontait ses aventures dans un style très dynamique visuellement, avec des illustrations qui évoquaient les compositions épurées et les perspectives inhabituelles de films tels que Citizen Kane.
Frank Miller  se souvient : "j’ai rencontré Will Eisner pour la première fois à New York pendant une soirée. J’étais en train d’écrire et de dessiner une de mes premières aventures de Daredevil pour Marvel Comics. Will a jeté un coup d’œil à la première page, et m’a tout de suite dit ce qui n’allait pas. Nous avons commencé à débattre sur l’utilisation des légendes sous les illustrations, et ce fut le début d’une conversation sur l’art de créer des B.D. qui a duré vingt-cinq ans ! Nous étions de très grands amis. J’ai beaucoup appris de lui."

La genèse

Les producteurs Deborah Del Prete et Michael E. Uslan ont toujours été des passionnés de bandes dessinées. Après avoir produit Batman de Tim Burton en 1989, le film qui a ouvert la voie à une longue suite d’adaptations au cinéma de B.D. adultes, Michael E. Uslan a acheté les droits de « The Spirit » à Will Eisner en 1992. Michael E. Uslan raconte : "j’ai juré à Will que personne ne toucherait à « The Spirit » sans accepter de rester fidèle à l’œuvre."

Une dizaine d’années plus tard, l’acteur Dan Lauria présenta Michael E. Uslan à la productrice Deborah Del Prete et son associée Gigi Pritzker. Deborah Del Prete se souvient : "quand j’ai rencontré Michael, je lui ai confié que j’avais toujours voulu faire une adaptation de comics. Nous étions producteurs indépendants et ensemble, nous pouvions développer quelque chose."

Une longue période s’est ensuite écoulée avant que Michael E. Uslan ait à nouveau l’occasion de rencontrer les productrices d’Odd Lot Entertainment. Il se souvient : "en 2004, je suis allé voir Deborah Del Prete pour lui parler du projet. Quand elle m’a vu arriver, elle m’a dit : « Te voilà enfin ! Qu’est-ce que tu m’apportes ? » J’ai répondu : « Deborah, je t’apporte l’œuvre la plus importante de la bande dessinée de ces soixante-dix dernières années. » Elle m’a regardé, et elle a dit : « Ne me dis pas que tu as les droits de « The Spirit » ? » C’était la première productrice qui connaissait « The Spirit ». Ce fut vraiment un moment magique. »
Deborah Del Prete commente : « J’ai appris à raconter une histoire en lisant des bandes dessinées. Depuis longtemps, je rêvais d’adapter un comic book, mais pas n’importe lequel. J’ai toujours pensé que « The Spirit » était un des meilleurs de toute l’histoire de la bande dessinée, j’étais donc très excitée à l’idée de produire ce film. Frank Miller est en quelque sorte l’héritier de Will Eisner, et Deborah Del Prete pensait qu’il était la personne la plus compétente pour donner vie au film. Quand Will Eisner est mort en janvier 2005 à l’âge de 87 ans, la productrice demanda à Michael E. Uslan, qui devait assister à ses obsèques à New York avec Frank Miller, de proposer à celui-ci d’écrire et de réaliser The Spirit. Frank Miller hésita tout d’abord, expliquant que cela le gênait de toucher au travail du maître, qui a aussi été son ami et son mentor. Peu de temps après, il rappela les producteurs et leur dit les mots qu’ils voulaient entendre : « Je ne peux pas laisser une autre personne toucher à « The Spirit ». »

Deborah Del Prete
explique : "la participation de Frank a donné un caractère encore plus exceptionnel à The Spirit. D’un côté nous avons Will Eisner, un des inventeurs de la bande dessinée moderne, et de l’autre le chef de file de la bande dessinée contemporaine, Frank Miller, qui était aussi l’égal, le protégé et l’ami de Will. C’était une formidable conjonction"

Par zoom-Cinema.fr le 31 décembre 2008.

Dernières réactions sur The Spirit

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "The Spirit" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu The Spirit.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :