Accueil > David Lynch
 David Lynch

David Lynch

Nom : Lynch
Prénom : David
Date de naissance : 20 janvier 1946
Âge : 73 ans
Site officiel : http://www.davidlynch.com/
Nationalité : Américain



L'actualité récente de David Lynch

David Lynch inspire Moby

David Lynch inspire Moby
Le 17 avril 2009 à 06h54




Biographie

Né le 20 janvier 1946 à Missoula (Montana), David Lynch s'est illustré, juste après sa formation à l'Ecole des Beaux-Arts de Pennsylvanie, en signant deux courts métrages, The Alphabet (1967) et The Grandmother (1969) qu'il qualifiera lui-même de “tableaux animés”, où l'atmosphère prime sur l'intrigue. C'est dans le même esprit, avec un goût prononcé pour le cinéma expérimental, qu'il réalise en 1976 son premier long, Eraserhead : tourné dans des conditions artisanales avec des comédiens amateurs, le film tient du cauchemar éveillé où un homme se retrouve confronté à un fœtus difforme. Dérangeant et profondément novateur, Eraserhead, bien qu'ayant peiné à trouver un distributeur, devient rapidement culte et attire l'attention de Mel Brooks, qui cherchait à attacher un réalisateur au projet Elephant man. En tournant cette biographie d'un personnage défiguré qui défraya la chronique dans l'Angleterre victorienne, David Lynch s'impose dans la cour des grands : renouant avec l'inspiration de Tod Browning (Freaks) et magnifiquement éclairée par Freddie Francis, l'œuvre déclenche l'admiration de la critique et vaut à son auteur sa première nomination à l'Oscar (1981) du meilleur réalisateur, plus le César du Meilleur film étranger. Hollywood ne tarde pas à lui faire des appels du pied et le producteur Dino De Laurentiis l'entraîne dans la mégaproduction avec Dune, adapté du chef-d'œuvre de Frank Herbert. Les moyens déployés sont faramineux, mais l'entreprise déjà risquée accouche d'un film bancal, confus, surtout noyé sous l'avalanche des effets spéciaux. Et le public ne suit pas. Retour à un univers plus personnel et proche de ses obsessions de l'étrange et du morbide, avec Blue velvet en 1986, avec l'un de ses acteurs fétiches, Kyle MacLachlan. Ce thriller sombre divise plus que jamais, les détracteurs de David Lynch lui reprochant l'extravagance et l'obscurité du scénario, tandis que ses défenseurs voteront pour une seconde nomination à l'Oscar. A défaut de mettre tout le monde d'accord, Sailor et Lula décroche néanmoins la Palme d'or à Cannes en 1990, road-movie déjanté balançant entre horreur et burlesque. Un coktail détonnant qu'il maniera brillamment en lançant la série télé "Twin Peaks", soutenue par un public restreint mais actif de fans délirants. Les trois autres séries, "American Chronicles" (1990), "On the Air" (1992) et "Hotel Room" (1993) resteront davantage dans l'ombre, tout comme Twin Peaks (le film) qui déconcerte jusqu'aux accrocs de la série. Un flop immérité, où la puissance visuelle de David Lynch atteint pourtant son apogée. Toutes les qualités et défauts du cinéaste se retrouvent dans Lost Highway (1997), où le brio de l'atmosphère cohabite avec la confusion d'un récit à tiroirs. Plus vénéré en Europe qu'en son pays, David Lynch a quasiment fait l'unanimité avec Une histoire vraie, quoique revenu bredouille du Festival de Cannes 2000 : un virage à 180° dans son œuvre, où la mise en scène est empreinte d'une sérénité inédite, à l'image de son héros, un vieillard parcourant un bout des États-Unis à cheval sur sa tondeuse à gazon. Et c'est au contraire en renouant avec ses obsessions de la narration labyrinthique et du visuel flamboyant qu'il gagne ensuite les faveurs du jury cannois qui ont couronné en 2001 Mulholland Drive du Prix de la mise en scène, ex-aequo avec The barber des frères Coen. Par la suite, il fait moins l'unanimité avec Inland Empire, sorti en 2007.

Les films réalisés :