Accueil > Jackie Berroyer
 Jackie Berroyer

Jackie Berroyer

Nom : Berroyer
Prénom : Jackie
Date de naissance : 24 mai 1946
Âge : 73 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Jackie Berroyer




Biographie

Flash-back : nous sommes le 24 mai 1946 à Reims. Naissance de Jackie Berroyer. Oui, Jackie Berroyer a eu une vie avant de devenir le standardiste fétiche de "Nulle part ailleurs" ! Jusqu'à l'âge de 25 ans, il se consacre d'abord au dessin technique, mais sans vocation particulière. Passionné de musique, et surtout de rock (sa collection de disques et impressionnante), il étudie un peu la trompette, mais trop dispersé, il arrête. Sa famille espère le voir rentrer dans la fonction publique, avec une préférence pour La poste mais finalement, il est amené à rédiger des articles sur la musique et devient rock-critic en 1975 pour "Charlie Hebdo" ancienne formule. Il passe à "Hara Kiri", devenant membre à part entière de l'écurie Choron, et travaille également à "Libération" et "Actuel". Romancier, il a écrit "J'ai beaucoup souffert", "Je vieillis bien" et "La femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse" (dont est adapté Tempête dans un verre d'eau, sorti le 10 décembre dernier et dans lequel Berroyer tient le rôle principal). Auteur de BD, il a scénarisé "Goudard et la Parisienne" en collaboration avec Gibrat et "Raoul Teigneux contre les Druzes", avec Vuillemin. Scénariste de cinéma et script-doctor à l'occasion, il est arrivé de l'autre côté de la caméra un peu par hasard. Des essais sans résultat pour le A nos amours de Pialat, puis des petits rôles au début des années 90, dont celui d'un obsessionnel au ballon dans Les gens normaux n'ont rien d'exeptionnel le font remarquer du grand public, qui le connaît alors plus comme amuseur de Canal+. Inspecteur taciturne dans Les silences de Rak, il tient son premier rôle-vedette dans Encore, de Pascal Bonitzer, drôlissime évocation des affres sentimentaux d'un couple d'intellectuels. Je ne vois pas ce qu'on me trouve, est l'occasion pour lui de renouer avec son personnage lunaire et bafouilleur, touchant et lucide, ainsi qu'avec le haut de l'affiche. Dans L'annonce faite à Marius, débarrassé de son débit hésitant légendaire, il aborde enfin un vrai rôle de composition. On le voit ensuite dans le premier film de Jean-Pierre jackson, Ça n'empêche pas les sentiments. Discret mais tendre, on le voit par la suite dans des films aussi divers que Président, La journée de la jupe et Jean-Philippe.

Filmographie sélective :