Accueil > Australia > Secrets de tournage

Australia
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Australia Affiche du film Australia
 


54 %   (150 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 24 décembre 2008

Genre : Drame.
Nationalité : Australien

Secret de tournage du film Australia

Secret de tournage du film Australia

Retrouvailles

Changement de registre pour Baz Luhrmann avec Australia. Le réalisateur retrouve à cette occasion sa comédienne fétiche de Moulin Rouge : Nicole Kidman. Entre-temps, le cinéaste avait dirigé la comédiene dans une luxueuse publicité pour Chanel, considérée comme l'une des publicités les plus chères de l'histoire. L'actrice sait se faire rare. Tout le contraire d'Hugh Jackman, comédien en pleine ascension. Sa carrière a explosé en 2006 avec notamment Happy Feet, Scoop et X-Men 3. Il sera la tête d'affiche d'un des films évènements de 2009 : X-Men Origins : Wolverine.


Au début des années 2000, Nicole Kidman régnait sans partage sur le box-office, grâce à des œuvres variées comme Moulin Rouge et Les autres. Mais aujourd’hui l’ex-épouse de Tom Cruise peine à rebondir : 5 ans que son nom n’a pas attiré les foules. Birth, Ma sorcière bien-aimée, Fur, Invasion ou encore Et l’homme créa la femme. Tous ces derniers films ont été des échecs au box-office. Autant dire que la belle a intérêt a mettre le Box Office dans sa proche avec Australia, si elle veut continuer à être payée de 10 à 20 millions de dollars par film. La tâche s’annonce rude en France. D'autant que les jeunes en vacances scolaires lui préféreront sans aucun doute Largo Winch et les plus jeunes Madagascar 2.

Tournage

Les prises de vues se sont terminées durant la dernière semaine de décembre 2007. Baz Luhrmann et ses comédiens ont parcouru les quatre coins de la planète pour l’occasion : Sydney, Bowen, Darwin et Kununurran.

Le tournage d’Australia a commencé le 30 avril 2007 à Strickland House, dans la ville de Vaucluse, en Nouvelle-Galles du Sud. L’équipe s’est ensuite rendue sur la côte de Bowen, dans le Queensland, où Catherine Martin et son équipe de décorateurs, sous la direction du superviseur artistique Ian Gracie et de la directrice artistique Karen Murphy, ont édifié l’un des deux plus grands décors extérieurs du film : sur une surface de deux hectares et demi, ils ont reconstruit la ville de Darwin dans les années 30. Catherine Martin explique : "Bowen était l’endroit idéal parce que nous y avons trouvé deux grands terrains non construits en bord de mer près du quai, et par chance, le port de Darwin et celui de Bowen étaient orientés dans la même direction, ce qui nous a permis de tourner dans les mêmes conditions sans problème de raccord lumière."

Le décor, construit en l’espace de dix semaines, comprenait un pub grandeur nature d’un étage, un quartier de Chinatown, des rues poussiéreuses, des poteaux télégraphiques et des éclairages publics d’époque. Les bâtiments existants ont été entièrement redécorés afin de s’intégrer dans l’environnement des années 30. Catherine Martin déclare : "au départ, le fait que Darwin soit construit sur un escarpement alors que notre ville à Bowen était sur une plaine nous posait un problème. Cependant, cela nous a permis de condenser tous les éléments de Darwin dans une zone géographique plus réduite. C’était la vision de Darwin par Baz Luhrmann qui soutenait la narration ; nous avons donc concentré en un même endroit toutes les particularités de Darwin à cette époque. L’échelle, la texture et le volume du décor de Bowen donnaient le sentiment de se trouver dans un endroit qui existait bel et bien, avec son atmosphère et sa vie bien à lui."

Le tournage à Bowen s’est achevé le 28 juin. L’équipe de tournage s’est ensuite rendue dans le Top End, la partie la plus septentrionale du Territoire du Nord, pour tourner à Darwin même. Baz Luhrmann a utilisé les marées et une zone importante des quais pour les scènes où Lady Sarah Ashley arrive en Australie, et pour les séquences d’action ayant lieu après le bombardement. Après quelques semaines de tournage en studio chez Fox Studios Australia à Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud, l’équipe a repris la route. Elle a installé son quartier général à Kununurra, dans la région du Kimberley, en Australie-Occidentale, pour tirer parti de la grande variété des paysages. C’est sur les terres du ranch Carlton Hill, à 60 kilomètres de Kununurra, qu’a été construit le décor de Faraway Downs. De nouvelles routes d’accès ont été construites et des routes déjà existantes refaites afin que les lourds containers de matériel puissent être acheminés jusqu’au lieu de tournage très isolé. Baz Luhrmann, Catherine Martin et Mandy Walker, la directrice de la photo, ont utilisé un mélange d’infographie et de site naturel pour créer la relation parfaite entre les bâtiments, l’environnement et la lumière qu’ils recherchaient. Catherine Martin explique : "une fois l’endroit repéré, nous avons scanné toute l’étendue du site et avons créé une modélisation numérique de la maison, que nous avons déplacée dans notre paysage scanné jusqu’à ce que nous trouvions le positionnement idéal. Toutefois, cela n’a pas supprimé la nécessité de repérages poussés sur le site lui-même. Baz Luhrmann y a mesuré précisément chaque scène pour s’assurer que les distances que les acteurs devraient couvrir étaient exactes au plan dramatique. Devant la maison, il y a un grand boab tree, cette sorte de baobab qu’on ne trouve que dans la région du Kimberley. C’était un élément clé de la composition du décor. Nous avons passé un temps fou à travailler sur les espaces pour déterminer quelle taille il devait avoir et à quelle distance de la maison il devait être placé."

La lumière

Pour souligner la transition entre le très mauvais état du début et la luxuriance suite, Mandy Walker a éclairé les images de l’arrivée de Sarah à Faraway Downs dans des tons sombres, des rouges poussiéreux, puis est passée à des tonalités lumineuses, blanches et aériennes tandis que l’environnement change en accord avec la transformation de Sarah. Baz Luhrmann et Catherine Martin, en collaboration avec la directrice de la photo Mandy Walker, ont étudié en détail des photos en couleur des années 30 et 40 afin de s’en inspirer pour la palette de couleurs du film. Catherine Martin explique : "les couleurs évoquent une toile de cette époque, avec des couleurs légèrement désaturées, émaillées çà et là de touches de couleurs vives. L’environnement dans lequel nous avons tourné a énormément contribué à notre approche parce que la poussière du sol finissait par tout recouvrir. La nature nous a aidés à obtenir une palette de couleurs atténuées en fond, sur lesquelles surgissent des moments de couleurs vivantes, brillantes."

Mandy Walker et son équipe ont dû recréer les couleurs et les textures majestueuses des paysages en studio, afin que Baz Luhrmann puisse retourner des images des scènes en extérieurs dans un environnement plus contrôlé. Mandy Walker explique : "nous avons appelé cela « l’approche Lucas et Lean ». Baz Luhrmann filmait de spectaculaires plans larges sur place, un décor naturel, à la manière de David Lean, puis il revenait sur le plateau des studios et il faisait la partie « façon George Lucas », en tournant le reste de la scène devant un écran bleu ou sur un décor artificiel. Il fallait que nous prenions ce qui était tourné dehors, que nous le reproduisions, et qu’ensuite nous combinions les deux sans que cela se voie. Cela a été très difficile parce que les couleurs naturelles des paysages du nord de l’Australie sont uniques. Mais quand nous avons montré les images et que les gens n’ont pas pu faire la différence entre les deux, alors nous avons été vraiment fiers de notre travail !"

Complicité

Hugh Jackman a beaucoup apprécié le processus de collaboration qui naît du mode de travail de Baz Luhrmann. Il arrivait en effet que les acteurs doivent jouer les gros plans ou les plans rapprochés d’une scène trois mois après avoir tourné les plans larges en décors naturels. Hugh Jackman explique : "c’est assez semblable au théâtre, parce que la scène reste avec vous, vous n’arrêtez pas d’y réfléchir et d’en discuter avec Baz Luhrmann, et elle se développe constamment. Beaucoup de réalisateurs ont peur de ce qui se développe, ils craignent de ne pas arriver à saisir sur la pellicule des choses qui s’étaient produites avant, lors des répétitions. Baz est complètement à l’opposé de cela. Il adore la démarche même de la découverte. Il n’a jamais peur que, parce qu’on a eu de la magie dans la toute première prise, on n’en ait pas dans la deuxième. C’est une joie de travailler avec lui parce que la nature même du travail de l’acteur est de continuer à explorer, à chercher la magie, et Baz Luhrmann a un véritable don pour trouver cette magie. Il la trouve bien plus souvent que la plupart de ses congénères..."

Par zoom-Cinema.fr le 24 décembre 2008.

Dernières réactions sur Australia

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Australia" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Australia.

Ce film a 1 commentaire.


       Email

Votre réaction :