Accueil > Hello Goodbye > Secrets de tournage

Hello Goodbye
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Hello Goodbye Affiche du film Hello Goodbye
 


49 %   (48 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 26 novembre 2008

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Hello Goodbye

Secret de tournage du film Hello Goodbye

Retrouvailles

Hello Goodbye marque les retrouvailles entre Gérard Depardieu et Fanny Ardant. Les deux comédiens se sont donnés la réplique dans La Femme d'à côté de François Truffaut en 1981, et dans Nathalie... d’Anne Fontaine en 2004. Cette fois ils sont dirigés par Graham Guit (Les Kidnappeurs et Le Pacte Du Silence). Le tournage d'Hello Goodye s'est déroulé du 4 novembre 2007 jusqu’en février 2008, en Israël et en France. Le film sort le 26 novembre 2008 dans un contexte de forte concurrence : Quantum of Solace, Mesrine où figure également Gérard Depardieu au générique. L'acteur prolifique qui reste endeuillé par la mort de son fils Guillaume Depardieu, survenue quelques semaines avant la sortie d'Hello Goodbye.

Le casting


Graham Guit, le réalisateur, explique pourquoi il a engagé Gérard Depardieu et Fanny Ardant : "nous avons développé le scénario sur une durée d’un an. C’est au milieu de l’écriture que nous avons pensé à Gérard Depardieu et Fanny Ardant. J’admire le talent et la personnalité de Gérard Depardieu. C’est un acteur exceptionnel, unique. J’ai déjà eu la chance de faire un film avec lui et je sais tout ce qu’il donne, aussi bien au rôle qu’au film. Dès que nous l’avons envisagé, nous n’avons plus été capables d’imaginer quelqu’un d’autre dans ce rôle. Il apporte à la fois émotion, force et fragilité. Il offre aussi cette formidable capacité d’autodérision qui ajoute une note de comédie italienne. Il n’a jamais peur de jouer et son talent pour la comédie est immense. Comme les grands héros du comique, Alain, son personnage, est faible, ne prend pas de décision. Il se contente de suivre, de subir. Pourtant, même s’il chancelle sous les coups du destin, il continue à avancer."

De la genèse à la réalisation


Graham Guit, réalisateur et coscénariste, raconte : "qui n’a jamais eu envie de tout quitter, de recommencer à zéro ? Alors que tout le monde reste au stade du rêve, un couple qui a tout se lance pour de bon dans l’aventure. Pour eux, c’est une remise en cause absolue. Pour le spectateur, c’est une fable jubilatoire. Ils vont tout endurer, mais vont aussi se sentir plus vivants que jamais. L’idée du film est née d’une réflexion personnelle sur ma propre vie. Je me suis posé la même question que les personnages. A un certain âge, faut-il remettre sa vie en question ? C’est une réflexion que nombre de gens abordent. Parallèlement à cette démarche, ma femme m’a parlé d’une chronique écrite par un homme qui avait fait son alyah, sa « montée » en Israël. L’idée de base du film est née de la rencontre de ces deux cheminements. L’histoire s’est peu à peu assemblée en moi avec deux objectifs : comment faire vivre une histoire d’amour et comment vivre son identité juive, sans être en porte-à-faux avec le monde dans lequel on vit ?".
Michael Lellouche, coscénariste : "lorsque Graham m’a parlé de ce témoignage d’un Français parti s’installer en Israël, j’ai tout de suite senti l’énorme potentiel de comédie. C’était un sujet passionnant, inédit au cinéma, que nous avons souhaité rendre universel. Nous suivons un couple qui démarre une nouvelle phase de son existence. Après le départ de leur fils, ils se retrouvent face à eux-mêmes. Ils doivent trouver ou retrouver leur équilibre. Ils vont tenter de se réapproprier leur vie et cela passe aussi par une exploration de leurs racines. Pour eux, la question de refaire sa vie se pose alors de manière encore plus aiguë. Est-ce possible et surtout, est-ce possible avec les mêmes personnes ? Peut-on réinventer son existence sans trahir ce que l’on est ? Le cœur du film est là."

Graham Guit : "beaucoup des situations que nous avons imaginées se sont révélées assez proches de la réalité. Nous sommes également partis de ce témoignage qu’était le livre. Quand nous imaginions une situation, nous essayions de voir si elle pouvait réellement se produire, et ensuite, nous croisions nos deux regards de coscénaristes. Nos vécus étant complémentaires, Michael et moi avons nourri nos réflexions par nos réactions différentes."

Michael Lellouche : "nous nous sommes documentés sur les motivations de gens partis à l’étranger, et pas uniquement en Israël. Nous avons rencontré des personnes qui avaient connu ces situations. Nous avons accumulé ces témoignages, ces parcours et ces états d’esprit, pour y puiser l’inspiration. Je crois que le film présente des regards différents sur Israël et sur les personnages tels qu’ils se ressentent en tant qu’héritiers de la tradition juive. Nous ne voulions pas faire un film stéréotypé qui ne concernerait que ceux qui ont envisagé ou accompli une alyah."

Graham Guit : "nous souhaitions faire un film léger et drôle. La substance devait passer par l’humour. La comédie était là, forte, riche de situations et d’enjeux, mais l’histoire d’amour a pris toute sa place. Au final, au-delà de l’humour et de tout ce que ce couple va traverser, on découvre que chacun des personnages est la Terre promise pour l’autre."

Fabio Conversi, producteur délégué : "le projet m’a immédiatement enthousiasmé. Il y avait bien sûr l’aspect comédie de l’histoire, très efficace, mais on sentait aussi une dimension d’émotion supplémentaire. Lorsque j’ai rencontré Graham et Michael, nous nous sommes découvert de nombreux goûts communs. En discutant, nous nous sommes aperçus que nous partagions une certaine vision de la vie. Au cinéma, cela se retrouve notamment dans l’attachement que nous portons aux grandes comédies italiennes des années soixante. Nous aimons ce mélange de grands sentiments traités sans emphase, avec un côté dérisoire. Je retrouvais cette approche dans le projet. L’histoire de ce couple trouve un véritable écho en moi. Je suis persuadé que nous sommes tous pareils. Nos vies sont faites d’espoir, de grandeur, d’idéaux, sans cesse contrariés par nos propres faiblesses et ce que la vie nous inflige. En rire est le meilleur moyen d’en parler. L’histoire parle de l’amour et de ses difficultés. Le ton employé pour évoquer les approches de cet homme et de cette femme était juste. Ils avaient quelque chose de touchant dans leur refus de se contenter du quotidien et de leurs acquis."

Par zoom-Cinema.fr le 26 novembre 2008.

Dernières réactions sur Hello Goodbye

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Hello Goodbye" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Hello Goodbye.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :