Accueil > Fanny Ardant
 Fanny Ardant

Fanny Ardant

Nom : Ardant
Prénom : Fanny
Date de naissance : 22 mars 1949
Âge : 71 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Fanny Ardant

Fanny Ardant devient réalisatrice

Fanny Ardant devient réalisatrice
Le 29 septembre 2008 à 12h13


Gérard Depardieu retrouve Fanny Ardant
Le 20 avril 2008 à 22h06




Biographie

Fanny Ardant est née le 22 mars 1949 à Saumur. Fille d'un officier de cavalerie, elle passe son enfance à voyager en Suède, en Espagne, en Grande-Bretagne, puis à Monaco dont le palais est gouverné par son père. Etudiante à Science-Po, à Aix-en-Provence, dans la section “relations Internationales”, elle décide tardivement de devenir actrice, ayant toujours eu la passion pour le théâtre. Alors qu'elle prépare le concours des Affaires Etrangères à Londres, elle monte à Paris et s'inscrit au cours d'Art Dramatique de Périmony. En 1974, Fanny Ardant est engagée au Festival du Marais pour interpréter le rôle de Pauline dans "Polyeucte", puis joue les grands textes dont elle est amoureuse (Racine, Montherlant, Claudel), en tournées. En 1979, le public la découvre grâce à la série télévisée "Les dames de la côte" de Nina Companeez. François Truffaut tombe sous le charme et lui écrit, en 1981, un rôle sur mesure dans La femme d'à côté. Puis, c'est au tour d'Alain Resnais de l'engager pour La vie est un roman, avant qu'elle ne retrouve François Truffaut pour son ultime film, Vivement dimanche !, où elle révèle une fantaisie et un abattage rarement exploités par la suite, sauf dans la partie plus récente de sa carrière.

Fanny Ardant met alors au monde une petite Joséphine, conçue avec François Truffaut quelques mois seulement avant la mort du réalisateur. Elle interprète par la suite le rôle d'une pianiste pour André Delvaux (Benvenuta) et devient la duchesse de Guermantes dans Un amour de Swann, de Volker Schlöndorff. Alain Resnais la sollicite de nouveau pour L'amour à mort et Mélo, dans un registre tragique qui a fait la “patte” Ardant. Au théâtre, elle interprète "Les bons bourgeois" (1980), "Mademoiselle Julie" où elle succède à Isabelle Adjani (1983) et "Don Juan" (1987). Lotte, séductrice indolente se balançant avec sensualité dans Le paltoquet de Michel Deville, bouleverse son image habituelle de femme volontaire et passionnée. Mais la comédienne rencontre alors trop rarement des rôles convenant à sa personnalité, malgré ses prestations réussies dans les œuvres de cinéastes tels que – déjà – Ettore Scola (La famille), Costa-Gavras (Conseil de famille), Margarethe von Trotta (Les trois sœurs) ou Jean-Jacques Andrien (Australia). En 1991, Double vue, de Mark Peploe, lui donne l'occasion de tourner en anglais pour la première, et elle retrouve Gérard Depardieu (son partenaire amoureux de Vivement dimanche !) en 1993 pour les besoins du Colonel Chabert d'Yves Angelo. C'est le renouveau d'une carrière qui semblait ne plus se vouer qu'à un cinéma un peu trop confidentiel : la voici en tenancière choucroutée d'une boîte gay dans Pédale douce, en Marie de Guise dans Elizabeth, en bourgeoise autoritaire dans Désiré, d'après Guitry, dans le rôle de la femme d'un homme tourmenté par des problèmes d'érection dans La débandade et en mamie cantatrice perdue dans la jungle, dans Le fils du Français. Ceci parmi la pléiade des rôles tenus ces dernières années par une comédienne révérée pour sa voix grave et profonde (elle a été – sans chanter pour autant – une superbe Maria Callas dans la pièce "Master Class") et pour son port altier, limite amidonné, qu'elle sait heureusement désengourdir grâce à un vrai sens de l'humour.

A l'occasion du Dîner de Scola, elle retrouve Vittorio Gassman, avec lequel elle avait déjà tourné dans Benvenuta, La vie est un roman et La famille. sans omettre le navet de Gabriel Aghion, Le libertin. Après avoir tourné sous la diecrtion de Claude Lelouch (Roman de gare) et retrouvé une fois de plus Gérard Depardieu dans Hello Goodbye, Fanny Ardant se lance dans la réalisation avec Cendres et sang.

Les films réalisés :


Filmographie sélective :