Accueil > Kill Bill : Volume 1 > Secrets de tournage

Kill Bill : Volume 1
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Kill Bill : Volume 1 Affiche du film Kill Bill : Volume 1
 


52 %   (85 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 26 novembre 2003

Genre : Action.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film Kill Bill : Volume 1

Secret de tournage du film Kill Bill : Volume 1

La bande-son de Kill Bill


Tous les fans de Tarantino savent qu'il est aussi mélomane que cinéphile. Ses choix musicaux sont étroitement mêlés à la rédaction et à la fabrication de ses films : " j'ai du mal à avancer dans l'écriture tant que je n'ai pas trouvé le premier morceau musical, qui mettra les spectateurs dans l'ambiance " confie-t-il. Ce processus se poursuit en cours de tournage, car Tarantino fait jouer ces musiques sur le plateau, pour simuler ses acteurs ou imprimer la rythmique appropriée à chaque combat.

Références

Kill Bill est truffé de multiples références et autres allusions à des films qui ont marqué Tarantino. Ca démarre fort dès le générique avec une ouverture sur le logo de la Shwa Brothers, prinicpale maison de production honk-hongaise des films de kug-fu des années 70. Le combat contre la Mariée (Uma Thurmann) et Vernita Green renvoit à Coffy, la panthère noire de Harlem ((1973). L'infirmière et l'orage en fond sonore fait écho à Pulsions de De Palma. Sans oublier le plan en contre-plongée depuis les rues de Tokyo de l'atterrissage d'un avion, allusion à la scène d'ouverture de Ghost in the shell. Véritable morceau de bravoure, la scène du combat renvoie aux masques du " Frelon vert ", la série télé qui révéla Bruce Lee. De même, la tenue jaune de la Mariée demeure quasi-similaire à celle du prince du kung-fu dans le Jeu de la mort.


Des influences évidentes


Né de l'imagination fébrile d'un incollable cinéphile, Kill Bill porte l'empreinte des films d'arts martiaux asiatiques où la relation maître-disciple est d'une importance primordiale. Dans Kill Bill, ces maîtres sont au nombre de deux, et ils confèrent aux deux Volumes des tonalités contrastées. Le Volume 1 était placé sous le signe du bushido, personnifié par le samouraï Hattori Hanzo, qu'interprétait Sonny Chiba. Kill Bill Volume 2 est dominé par les arts martiaux chinois, personnifiés par le légendaire Gordon Liu. Dans le casting éclectique de Kill Bill Volume 2 figurent plusieurs autres comédiens que Tarantino admire depuis des années, notamment Michael Parks, que le réalisateur cite parmi ses acteurs américains favoris. Tout en mettant davantage l'accent sur les rapports de personnages, Kill Bill Volume 2 continue d'explorer, rapprocher et marier divers genres cinématographiques populaires favoris de Tarantino. Ce double héritage est lisible, et clairement délimité, dans Kill Bill Volume 2 : les séquences au présent, qui se déroulent dans le sud-ouest des Etats-Unis, adhèrent au style du western italien ; les retours en arrière, situés principalement en Chine et consacrés à l'apprentissage de la Mariée, adoptent la structure d'un film de kung-fu classique où le héros se prépare minutieusement à la vengeance finale.

Par zoom-Cinema.fr le 26 novembre 2003.

Dernières réactions sur Kill Bill : Volume 1

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Kill Bill : Volume 1" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Kill Bill : Volume 1.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :