Accueil > Moulin Rouge ! > Secrets de tournage

Moulin Rouge !
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Moulin Rouge ! Affiche du film Moulin Rouge !
 


66 %   (146 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 3 octobre 2001

Genre : Drame.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film Moulin Rouge

Secret de tournage du film Moulin Rouge

Le tournage

L'intrigue de "Moulin Rouge" s'inspire librement du mythe d'Orphée, ce jeune poète-musicien qui descendit aux enfers à la recherche de l'amour parfait. Une démarche qui n'est pas sans rappeler celle des frères Coen, qui avaient remis au goût du jour l'Odyssée d'Homère. Dans "Moulin Rouge" Orphée prend les traits du poète du poète Christian, incarné à l'écran par Ewan McGregor. L'amour passionné de ce dernier pour Satine aura hélas une fin tragique. Ce mythe ne pouvait qu'attirer Baz Luhrmann, réalisateur de "Roméo + Juliette", au style très théâtral.

Repérages

Après avoir décidé que son "Rideau rouge" comme il l'appelle, se lèverait cette fois sur un musical, Baz Luhrmann commença le développement de "Moulin Rouge" avec deux de ses plus proches collaborateurs. Sa démarche première: se rendre à Paris afin de rédiger un script, se pénétrer de l'ambiance de la capitale de la France et surtout de recueillir un maximum d'informations sur la vie parisienne à la fin du XIX ème siècle. Dans cette optique Baz Luhrmann et ses collaborateurs se documentèrent sur tout ce qui pouvait servir leur projet, du cancan à Toulouse Lautrec sans omettre les écrivains et autres chroniqueurs qui évoquèrent dans une prose le Paris by night fin de siècle.

Immédiatement le réalisateur fut intéressé par la dimension sociale du célèbre cabaret. Quel autre lieu aurait permis à de riches bourgeois de côtoyer des ouvriers, des danseuses et des artistes bohèmes ? Baz Luhrmann souhaitait donc dépeindre au mieux une société à un temps défini, comme l'avait si bien réussit James Cameron dans "Titanic".

Casting


La musique et les chansons jouent un rôle narratif essentiel dans Moulin Rouge. En optant pour un traitement musical novateur (comme dans Roméo + Juliette" déjà), le réalisateur s'imposait le délicat challenge de ressusciter un genre tombé en désuétude.
A l'image de Ridley Scott qui avait fait littéralement renaître le péplum de ses cendres, Baz Luhrmann a inventé des solutions inédites pour toucher le public contemporain. La clé du succès ? Faire chanter les comédiens eux-mêmes. Nicole Kidman et Ewan McGregor poussent ainsi la chansonnette le temps de quelques plans. Le jeu se fond ainsi intimement dans le chant. Le spectateur reste plus près des personnages, à l'écoute de leur voix intérieure, une voie musicale. Les moments forts s'enchaînent, les personnages se grisent tellement de leur propre énergie qu'il se trouvent dès lors obligés de chanter. Des chansons, loin d'être un simple ornement font partie intégrante de la narration. Et marquent chaque nouvelle étape de l'intrigue. Luhrmann et la directrice de casting Ronna Kress unirent donc leurs efforts afin de recruter des acteurs/chanteurs.

Après avoir vu Nicole Kidman jouer les cinq rôles de "La chambre bleue" à Broadway, Luhrmann et Kress furent convaincus qu'ils avaient trouvés leur Satine. Le réalisateur offrit donc très tôt ce rôle à l'actrice de "Portrait de femme" afin qu'elle puisse influer sur l'écriture du personnage tout en s'imprégnant. Restait à trouver le deuxième personnage principal, Christian: Baz Luhrmann et Kress passèrent en revue de nombreux comédiens pour ce rôle.
Le réalisateur de "Roméo + Juliette" souhaitait depuis longtemps travailler avec Ewan McGregor, dont les talents d'acteurs et les dons musicaux inespérés furent des atouts décisifs.

Après s'être assurés le concours de Kidman et McGregor, les producteurs attaquèrent le casting des personnages secondaires, parmi lesquels Toulouse-Lautrec, interprété par John Leguizmao. En dépit de son infirmité, et contrairement à son image d'aristocrate barbu et mélancolique, Toulouse fut dans le film un bon vivant et un homme plein d'humour.
Après avoir réuni ses principaux interprètes, Baz Luhrmann organisa une série d'ateliers et de séances de répétitions à la Maison d'Iona, une vaste résidence victorienne où il a coutume de préparer ses films et ses spectacles. Après quatre mois de préparation, les comédiens n'avaient aucun problème pour chanter.

Décors


Bien que l'action de "Moulin Rouge" se déroule intégralement à Paris, l'essentiel du film fut tourné sur cinq plateaux des studios Fox Australia. Les opulents décors célèbrent, stylisent et transposent l'univers du légendaire cabaret. La chef décoratrice Catherine Martin supervisa à cet effet une véritable armée de dessinateurs, sculpteurs, modélistes et peintres. L'un des décors les plus étonnants du film demeure sans aucun doute la reproduction du célèbre cabaret sous la forme d'un gigantesque éléphant de papier mâché dont l'intérieur, bâti sur trois niveaux, abrite notamment un club de style "arabe" pour messieurs en goguette et la Chambre rouge où Satine vampe le jeune poète Christian. Plusieurs de ces pachydermes furent construits pour les besoins du film: un décor grandeur nature en polystyrène reposant sur une structure d'acier ; une maquette au 1/5 du cabaret et de divers sites environnants, soulignant ainsi délibérément l'artificialité et la théatralité souhaités par Baz Luhrmann.

Costumes


Les chef costumiers Catherine Martin et Augus Stathie ont créé plus de 400 costumes pour les vedettes, danseurs et figurants du film. La costumière avoue ses réticences initiales à l'idée de dessiner les costumes d'un film titré "Moulin Rouge". Heureusement Catherine Martin et Baz Luhrmann trouvèrent très rapidement les solutions appropriées. Catherine Martin aborda les costumes dans la même optique que les décors: faire revivre au spectateur l'impact original du Moulin Rouge, créer pour un oil contemporain un monde à la fois séduisant, sexy et un rien shocking. Concernant les danseurs, Catherine Martin et Stathie partirent de l'idée historiquement fondée que le cancan avait été en son temps une danse exceptionnellement choquante. Pour symboliser ce monde, les costumiers firent de chacune des danseuses un stéréotype sexuels. Les spectateurs pourront donc admirer la bonne petite française, le travesti, la dominatrice .


Les costumiers inventèrent une série de jupons révélateurs, mais sans excès. Des dessous superposés pesaient parfois jusqu'à quinze kilos et nécessitaient alors le port de bretelles. Les chefs costumiers accordèrent une attention toute particulière aux tenues masculines, dont celles, faites main des personnages Christian Toulouse et Duc. Une équipe se réunit pendant plus d'un mois pour fabriquer des centaines de costumes richement ornementés, dont certaines des finitions les plus délicates furent assurées en Inde. Au retour de ce voyage, l'assistante Catherine Martin réalisa une véritable synthèse des informations recueillies à Paris pour les traduire en décors et en costumes. Au lieu de coller étroitement à la réalité historique, Catherine tint davantage compte du désir de Baz Luhrmann de créer un monde intense, plus grand que nature. Une sorte d'artificialité réaliste, du "Rideau Rouge", qui fut une composante essentielle de cette création. A travers des références croisées, Baz Luhrmann dévoile ainsi les personnages et l'intrigue d'entrée de jeu et non par petites touches discrètes.

Par zoom-Cinema.fr le 3 octobre 2001.

Dernières réactions sur Moulin Rouge !

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Moulin Rouge !" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Moulin Rouge !.

Ce film a 1 commentaire.


       Email

Votre réaction :