Accueil > Jean Yanne
 Jean Yanne

Jean Yanne

Nom : Yanne
Prénom : Jean
Date de naissance : 18 juillet 1933
Date de décès : 23 mai 2003
Nationalité : Français



L'actualité récente de Jean Yanne




Biographie

De son véritable nom Jean Gouyé, Jean Yanne est né aux Lilas le 18 juillet 1933. Il fait des études de journalisme après quelques années au lycée Chaptal, mais délaisse très vite cette branche d'activité afin de se consacrer à l'écriture de sketches pour le cabaret. Jacques Canetti l'engage pendant deux ans aux Trois Baudets, et il fait également partie de la troupe d'Yves Robert. Sur scène, on le voit dans "Les carnets du Major Thompson", d'après Daninos, et dans "Ciné-massacre" de Boris Vian. En 1954, Jean Yanne part faire son service militaire, qui durait à l'époque trente-deux mois.

A son retour, il reprend le cabaret et débute dans la chanson. Il enregistre son premier disque, des chansons dont il est l'auteur et qu'il accompagne lui-même au guide-chant. En 1961, après ses rencontres avec Gérard Sire et Jacques Martin, il devient une vedette de la radio (Radio-Luxembourg, puis Europe 1) et de la télévision, sans cesser d'écrire des chansons, pour lui et pour les autres (Philippe Clay, Line Renaud). Il compose une revue pour Joséphine Baker à l'Olympia, collabore à des scénarios de films avec Jean Richard et Philippe Clay, écrit des bandes dessinées ("Voyage au centre de la culture", "La langouste ne passera pas") avec le dessinateur Tito Topin, qui collaborera à tous ses films à venir en tant que réalisateur. Déjà, Jean Yanne a composé un profil qui ne variera quasiment plus jamais, à savoir un personnage hâbleur, râleur, vaguement misogyne et irrémédiablement misanthrope. C'est Alain Jessua, en 1964, qui le fait débuter au cinéma dans La vie à l'envers, avec Charles Denner. Jusqu'à l'énorme succès d'Erotissimo de Gérard Pirès en 1968, sa carrière cinématographique est assez inégale, avec des hauts (Week-end, de Jean-Luc Godard, en 1967 et les deux films de Claude Chabrol Le boucher et Que la bête meure, où le comédien n'a pas peur d'apparaître sous son jour le plus négatif, voire répugnant, dans des rôles particulièrement ingrats) et des bas (Bang-Bang, de Serge Piollet, avec Sheila en 1966). En 1971, Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat, où il incarne le très antipathique mari de Marlène Jobert, lui vaut le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes. La même année, il fonde avec Jean-Pierre Rassam la société de production Cinéquanon, ce qui lui permet de réaliser lui-même Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, qui s'avère être un très gros succès public après avoir pourtant été refusé par tous les producteurs.

Démarre alors une carrière de réalisateur concentrée sur une dizaine d'années, avec une demi-douzaine de films agressifs, d'une vulgarité volontairement outrés, où certains décelèrent une sorte de “poujadisme intellectuel”. Et puis, en 1976, après l'insuccès relatif de son quatrième film, Chobizenesse (dont il composa aussi la musique), Jean Yanne recommence à interpréter les films des autres.

Armaguédon lui permet de retrouver le cinéaste de ses débuts, Alain Jessua. Ses propres réalisations s'espacent avec, encore un très gros succès (la parodie biblique Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ consacra définitivement Coluche comme la superstar comique du cinéma français), mais après l'échec relatif de Liberté, égalité, choucroute, son dernier film derrière la caméra à ce jour, Jean Yanne part aux Etats-Unis où il devient homme d'affaires, tout en revenant régulièrement en France pour continuer à tourner. Les années 90 seront d'ailleurs particulièrement prolifiques pour le comédien, qui met toute sa hargne, son bagoût et sa barbe de trois jours au service d'une multitude de personnages pas toujours recommandables, les derniers en date étant le très antipathique écrivain Prétextat Tach dans Hygiène de l'assassin et le détestable ex-mari de Catherine Deneuve dans Belle maman. Auparavant, il aura tout de même incarné Dieu dans Des nouvelles du bon Dieu, le salaud en question d'Enfants de salaud ou encore le gourou d'une secte cosmique dans la comédie Fallait pas !.

Jean Yanne est mort d'une crise cardiaque le 23 mai 2003 dans sa propriété de Morsains (Marne).

Les films réalisés :


Filmographie sélective :