Accueil > A.I, Intelligence Artificielle > Secrets de tournage

A.I, Intelligence Artificielle
Secrets de tournage

Affiche miniature du film A.I, Intelligence Artificielle Affiche du film A.I, Intelligence Artificielle
 


56 %   (108 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 24 octobre 2001

Genre : Science-Fiction.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film A.I, Intelligence Artificielle

Secret de tournage du film A.I, Intelligence Artificielle

Les références d' A.I

Les références sont légions dans "Intelligence Artificielle". A commencer inévitablement par les citations plus ou moins directes à Stanley Kubrick, qui voulait adapter le film avant sa mort : 2001, l'odyssée dans l'espace ou encore Orange mécanique.

Le dessin-animé "Il était une fois l'Espace" traite étrangement d'un sujet similaire sur le combat entre l'Homme et la machine. Sans omettre Blade Runner de Ridley Scott, "Star trek" (l'enseignement par les robots) ou encore Sleepy Hollow de Tim Burton (la chasse aux robots). Spielberg se permet même le luxe de s'auto-référencer : 1941, Rencontre du troisième type ou encore E.T.

Marketing intelligent

A l'instar du Projet Blair Witch, Spielberg exploite à fond les ressources d'Internet. Un système de marketing qui n'est pas sans rappeler celui du "projet Blair Witch" Toute l'histoire du marketing d'"Intelligence artificielle" remonte à la première bande-annonce du film diffusée sur Internet et au cinéma : des fans auront noté au générique le nom de Jeanine Salla. Cette dernière est créditée en tant que "thérapeute des machines douées de sensibilité" !

Naturellement, les cinéphiles assoiffés de nouvelles fraîches tapent le nom de "Jeanine" dans les moteurs de recherche. Résultat de leur investigation: plusieurs sites mystérieux, comme la page personnelle de la famille Salla. Ce même site renvoie à un autre sur un homme, Evan Chan, mort mystérieusement. Un lien pointe vers son lieu de travail, son rapport d'autopsie et ainsi de suite .

Un système rappelle celui du "projet Blair Witch", film le plus rentable de l'histoire du cinéma, qui détournait habilement Internet pour en faire un efficace moyen de promotion. De cette situation découle la création de groupes de discussions et de sites qui relaient les infos toutes fraîches. Des indices apparaissent peu à peu : les robots en liberté sont recensés, l'association In Our Image milite pour la cohabitation entre robots et humains tandis qu'une agence est chargée de traquer les Intelligences Artificielles criminelles.

La frontière entre promotion et jeu virtuel demeure ténue. Les adresses e-mails et les numéros de téléphones mentionnés sur les sites miroirs fonctionnent réellement ! Ne vous amusez pas à laisser votre numéro de téléphone sur le site de la milice anti-robots par exemple: vous risqueriez de recevoir un appel intimidant. Mais qui se cache derrière toute cette machinerie ?

Dreamworks, le studio de Spielberg, dément avoir organisé le tout. Seul le distributeur Warner reconnaît la forte probabilité que Spielberg soit à l'origine de cette stratégie. Dans tous les cas le semi-échec d' "Intelligence Artificielle" aux Etats-Unis semble marquer les limites de l'opération marketing. Dommage au regard de la réussite de l'ensemble.

Gigolo Joe

A la base du projet, c'était Kubrick qui en était le chef, mais il laissa à Steven Spielberg qui modifia quelques petites choses comme Gigolo Joe. En effet, leur conception de ce robot n'était pas tou à fait la même. Pour le réalisateur d'origine, ce robot était plus débauché, vif et surtout lâche ! Il voulait qu'il ressemble à un être humain. Mais Spielberg a vu sous les traits de Jude Law, un simple compagnon de route au petit David.

E.D

Par zoom-Cinema.fr le 24 octobre 2001.

Dernières réactions sur A.I, Intelligence Artificielle

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "A.I, Intelligence Artificielle" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu A.I, Intelligence Artificielle.

Ce film a 1 commentaire.


       Email

Votre réaction :