Accueil > Welcome > Critique

Welcome
Critique du film

Affiche miniature du film Welcome Affiche du film Welcome
 


59 %   (102 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 11 mars 2009

Genre : Comédie dramatique.
Nationalité : Français

critique du film Welcome (7 / 10)

On est estomaqué devant ce qu'un home est prêt à faire pour rejoindre celle qu'il aime, dégouté (mais pas étonné) par la bêtise humaine et crispé quasi tout au long du film, priant pour que l'issue finale ne soit pas celle que l'on croit.

 Après Je vais bien, ne t'en fais pas, Philippe Lioret signe un nouveau drame social où il est ici question des réfugiés aspirant à traverser la Manche clandestinement par n'importe quel moyen afin de rejoindre l'Angleterre pour tenter de s'insérer socialement. Touchant et fort, le film réveil le sentiment d'injustice dont sont victimes les réfugiés venus de l'Est. Le paysage brumeux et peu accueillant du Nord, lui, ne fait que renforcer l'aspect hostile de la population vis-à-vis des étrangers.

 Un sujet délicat que Lioret filme sobrement sans multiplier les plans. Il laisse les acteurs se charger de la partie émotion et laisse le spectateur dans une ivresse de tristesse une fois le générique de fin achevé et les lumières rallumées. Vincent Lindon et Audrey Dana confirment leur aisance derrière la caméra et le jeune Firat Ayverdi s'impose littéralement face au reste du casting.

 Philippe Lioret réussi une nouvelle fois à nous mettre la larme à l'œil avec un film d'actualité bouleversant et malheureusement tellement vrai.

 

 

Par Tiffany le 26 août 2009.

Critique du film Welcome (8 / 10)

POUR ELLE

Philippe Lioret n’a pas son pareil pour capter les silences et les non-dits. Le cinéaste sait filmer ces moments inédits où les regards valent mieux que mille mots. A l’instar de L’Equipier ou Je vais bien ne t’en fais pas, le réalisateur instaure une atmosphère unique, fait des décors (la piscine) un personnage à part entière. Le résultat demeure poignant, porté par un Vincent Lindon au summum. Sobre et juste, sans jamais tomber sur le pathos pour autant. Profondément humaniste, Welcome plonge le bourgeois nombriliste dans un univers et un système absurde, à l'instar de Chaos (avec déjà Vincent Lindon). Sans omettre un sens du dialogue évident ("ce mec traverse la Manche, et moi je n’ai même pas été capable de traverser la rue pour te rattraper"). Comme dans Marley et moi, mais dans un registre bien plus tragique, Philippe Lioret en dit plus qu’il n’y parait au premier abord sur le couple et l’amour dans ce long-métrage indispensable et bouleversant.

Par zoom-Cinema.fr le 11 mars 2009.

Dernières réactions sur Welcome

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Welcome" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Welcome.

Ce film a 1 commentaire.


       Email

Votre réaction :