Accueil > Claude Zidi
 Claude Zidi

Claude Zidi

Nom : Zidi
Prénom : Claude
Date de naissance : 25 juillet 1934
Âge : 85 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Claude Zidi




Biographie

Né le 25 juillet 1934 à Paris, Claude Zidi débute dans le cinéma en tant que directeur de la photographie, puis assistant-réalisateur, fonctions qu'il exercera pendant de nombreuses années et dans tous les genres, du drame intimiste (il travaillera même pour Marguerite Duras) à la comédie débridée. D'ailleurs, quand il débute dans la réalisation, au début des années 70, il peut enfin se consacrer à plein temps à ce dernier genre, qu'il affectionne par-dessus tout. Grand manitou du rire à la française pendant près de vingt ans, il fera d'abord tourner les Charlots dans plusieurs comédies au burlesque des plus débridés et qui remporteront un immense succès, comme quasiment tous les films que Claude Zidi va tourner par la suite. Le réalisateur va ainsi diriger des acteurs comiques français de tout premier plan tels que Pierre Richard (La course à l'échalote), Louis de Funès (L'aile ou la cuisse, La zizanie) ou Coluche (L'aile ou la cuisse, Inspecteur la bavure, Banzaï), et finira la décennie 70 en beauté avec l'avènement du film de potaches : Les sous-doués. Les années 80 marquent un tournant pour le réalisateur.
S'il continue dans la comédie, il essaie dorénavant de la faire coller à une réalité sociale plus tangible : ainsi Les ripoux, sur les méfaits de deux inspecteurs de police, qui remporte, en 1984, le César du meilleur film, premier du genre accordé à une comédie. Enhardi, Claude Zidi tente de changer radicalement de registre avec Deux, drame sentimental avec Gérard Depardieu. Mais c'est l'échec et Zidi retourne à la comédie avec Ripoux contre ripoux et La totale, film qui sera refait aux Etats-Unis par James Cameron (True lies). Nouvel essai hors comédie en 1993 avec Profil bas, polar urbain mettant Patrick Bruel en vedette, et nouvel échec. Refroidi, le cinéaste revient à la comédie, mais Arlette, relecture du mythe de Cendrillon de facture fort honorable, ne sera pas un triomphe. Astérix et Obélix contre César (280 millions de francs de budget, soit le film le plus cher de l'Histoire du cinéma français) va sans nul doute permettre au réalisateur de renouer avec le succès populaire.

Les films réalisés :