Accueil > Ken Loach
 Ken Loach

Ken Loach

Nom : Loach
Prénom : Ken
Date de naissance : 17 juin 1936
Âge : 83 ans
Nationalité : Britannique



L'actualité récente de Ken Loach

Cannes 2012 : le palmarès

Cannes 2012 : le palmarès
Le 27 mai 2012 à 20h17



Cannes 2010, c'est fini !

Cannes 2010, c'est fini !
Le 25 mai 2010 à 10h22




Biographie

Né à Nuneaton, dans le comté de Warwickshire, en Angleterre, le 17 juin 1936, le jeune Kenneth Loach étudie le droit à
Oxford avant de s'orienter vers le théâtre, puis la télévision. Là, en duo avec le producteur Tony Garnett, il produit et réalise une série de documentaires au réalisme particulièrement saisissant, parmi lesquels "Cathy Come Home", en 1966, dont l'impact fut tellement énorme que certaines lois concernant les sans-abri furent immédiatement modifiées. Après avoir consacré près de dix ans à la télévision, il s'oriente ensuite vers le cinéma, toujours sous la houlette de Tony Garnett. Son premier film, le très sobre Pas de larmes pour Joy, reste dans la droite lignée de ses documentaires, entre improvisation et effets de style minimaux dans un contexte résolument ancré dans le réalisme social. Mais c'est Kes, l'histoire d'un jeune garçon des quartiers pauvres qui se prend d'affection pour un faucon, et l'hallucinant Family life, où l'auteur dénonce avec lucidité les méfaits de la répression en milieu médical, qui feront connaître Loach d'un large public, en dépit de sujets difficiles. Le film suivant, Black Jack, se situe dans l'Angleterre du XVIIIe siècle, et prend encore la médecine pour thème central. Regards et sourires aborde le chômage, et Fatherland les traumatismes de l'Allemagne après le nazisme... Mais nous sommes alors au milieu des années 80 et Ken Loach n'a plus tellement le vent en poupe, années Thatcher oblige. Ainsi certains de ses documentaires (qu'il continue de réaliser pour la télévision en parallèle de sa carrière ciné) ne sont même pas diffusés, comme ceux consacrés à la fameuse grève des mineurs de 1984. Les années 90 le reverront néanmoins revenir dans l'œil public. D'abord discrètement avec Hidden agenda (Prix spécial du Jury à Cannes), qui mettait en cause la police britannique en Irlande du Nord et le combat de l'IRA, puis de manière beaucoup plus médiatisée avec Riff-raff, premier film d'une série dévolue au prolétariat écossais, et premier grand rôle de Robert Carlyle. Suivent ainsi Raining stones (à nouveau Prix spécial du Jury à Cannes) et le terrible Ladybird, dans lequel la comique de cabaret Chrissie Rock faisait un hallucinant numéro de mère à laquelle on retirait la garde de tous les enfants. Mais Ken Loach, cinéaste entièrement et historiquement dévolu à la cause socialiste, sait aussi s'intéresser au reste du monde, comme tendent à le prouver ses trois derniers films. Il prend d'abord pour contexte la guerre d'Espagne et les idéaux communistes qui nourrissèrent ses rangs dans Land & freedom, puis illustre la révolution sandiniste au Nicaragua en racontant, dans Carla's song, l'histoire d'amour entre un conducteur de bus écossais (incarné par Robert Carlyle) et une Nicaraguayenne. Retour en Ecosse pour My name is Joe, parcours du combattant – mâtiné d'une histoire d'amour – d'un chômeur plein de bonne volonté, incarné par Peter Mullan qui décrocha dans la foulée le Prix d'interprétation à Cannes. Pour Bread and roses, Ken Loach retrouve Paul Laverty, son scénariste de Carla's song, et renoue avec l'univers latino-américain qu'il semble affectionner. Puis en 2004, la consécration : Le vent se lève obtient la Palme d'or. En 2009 public et critique s'enthousiasment pour l'excellent Looking for Eric, avec Eric Cantona, présenté au festival de Cannes la même année.

Les films réalisés :


Filmographie sélective :