Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl Affiche du film Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl
 


54 %   (88 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 13 août 2003

Genre : Aventure.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl

Secret de tournage du film Pirates des Caraïbes : la malédiction du Black Pearl

Keith Richards, des Rolling Stones, influence de Johnny Depp

Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl, premier volet de la saga avec Johnny Depp, Orlando Bloom et Keira Knithley en tête d’affiche. Derrière la caméra Gore Verbinski. Les chiffres parlent d’eux mêmes : ce premier volet se classe au 26ème rang des films les plus rentables de l’histoire du septième art. Le second (Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit), troisième dans le même classement. Autre donnée éloquente : 6,5 millions d’entrées en salle en France pour Pirates des Caraïbes 2 : Le secret du coffre maudit .

Pour ce nouveau rôle après Charlie et la chocolaterie, Johnny Depp s’est inspiré de Keith Richards et Pépé le Putois. Deux influences majeurs pour incarner Jack Sparrow.
Johnny Depp : "qui refuserait de jouer un pirate ? Quand j’ai lu le scénario, j’ai compris que ça allait encore plus loin que ce que j’avais imaginé. Il y avait en plus beaucoup d’humour et assez de place pour que les acteurs puissent construire leurs personnages. Moi qui suis plutôt un habitué des productions indépendantes, je dois dire que me retrouver sur une superproduction de ce calibre a été une expérience nouvelle. Je ne croyais pas que l’on pouvait faire des blockbusters avec un esprit d’artisan et une qualité relationnelle pareille."

Les sources d’inspiration pour créer son personnage de Jack Sparrow ont été diverses : "j’ai mélangé un peu de Keith Richards, le légendaire guitariste des Rolling Stones, avec un peu du personnage de dessin animé Pépé le Putois, le tout relevé avec une pointe de rasta moderne…Après tout, les pirates étaient un peu les rock stars de l’époque !"

Des historiens consultés


Pour tourner Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl, la production a fait appel à des historiens. Principal consultant, Peter Twist. Jerry Bruckheimer : "Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl est une fiction, et nous avons bien sûr pris quelques libertés. Nous n’avons pas non plus collé à une époque spécifique. Nous voulions surtout transmettre l’idée, le sentiment général de l’époque, quelque part entre 1720 et 1750."

Pour ajouter à l’authenticité du film, tous les acteurs se sont entraînés durant plusieurs semaines avec le coordinateur des cascades George Marshall Ruge et Robert Anderson. "Bob considère le maniement de l’épée comme une partie intégrante du jeu d’acteur souligne Geoffrey Rush. Pour lui, le rythme est crucial, et ce qui se passe dans les regards est aussi important que le maniement même de l’arme."

Le tournage

Le tournage de Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl a commencé le 9 octobre 2002 ; les deux premières semaines se sont déroulées en studio. Les départements décoration et construction ont érigé l’intérieur de la cabine du capitaine du Black Pearl… que l’équipe de tournage a fait voler en éclats à coups de canon ! Mais le film avait été créé dans des circonstances peu ordinaires : les cinéastes ont commencé à concevoir et fabriquer plusieurs décors et à faire les repérages avant même que le scénario ne soit achevé. Brian Morris, Gore Verbinski et les scénaristes partageaient leurs idées, et certaines ont fini par être intégrées au scénario.

Tourner en mer s’est révélé être une épreuve particulièrement difficile. Les décors aux Caraïbes s’échelonnaient sur 60 km en mer… "Tout ce qu’on dit d’épouvantable sur le tournage en mer est vrai !" confie Gore Verbinski. "Tout ce qui peut potentiellement mal tourner… tourne effectivement mal. Par exemple, dès que vous avez un bateau dans la bonne position, le vent tourne !" "Ce fut très éprouvant pour tout le monde !" complète Geoffrey Rush.

Les effets spéciaux

Autre point important dans Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl : les effets spéciaux. Là encore, la production n’a pas lésiné sur les moyens, en employant John Knoll et son équipe d’experts de chez ILM (la société de George Lucas). Ces derniers ont donné vie aux pirates-squelettes, en commençant par dessiner des esquisses, puis en réalisant un échantillon animatronique. Tout en travaillant avec des photos des acteurs en costumes et maquillés. Ensuite, Aaron Mc Bride a peint une version de chacun sous forme squelettique. Puis l’équipe a digitalisé les contours de tous les acteurs. John Knoll précise : "nous disposions d’un scan complet du corps des acteurs, et d’un scan plus détaillé de la tête. Nous avons intégré ensuite aux images de synthèse, les particularités physiques des personnages "vivants", comme l’œil factice de Ragetti, son physique maigre et ses poches sous les yeux, les longs cheveux de Pintel et sa calvitie au sommet du crâne… Ainsi, même sous forme de squelettes, on identifie immédiatement les pirates."

L’interaction entre acteurs réels et squelettes en image de synthèse a donc posé beaucoup de difficultés à l’équipe. Les explications du réalisateur Gore Verbinski : "nous filmions le vide, puis faisions un panoramique sur un squelette qui n’était pas là, qui disait son dialogue, puis nous dirigions la caméra sur un squelette absent… Les acteurs se battaient avec des adversaires imaginaires. C’était vraiment étrange de les voir faire."

Au final, ce premier volet (Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl) se classe au 26ème rang des films les plus rentables de l’histoire du septième art. Conséquence logique, deux suites seront tournées : Pirates des Caraibes 2 : Le secret du coffre maudit et Pirates des Caraïbes 3 : Jusqu’au bout du monde.

Par zoom-Cinema.fr le 13 août 2003.

Dernières réactions sur Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :