Accueil > Poltergay > Secrets de tournage

Poltergay
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Poltergay Affiche du film Poltergay
 


50 %   (42 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 25 octobre 2006

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Poltergay

Secret de tournage du film Poltergay

SOS Fantômes pour sauver l'amour


Rien n'arrête Clovis Cornillac, qui enchaîne les succès : Brice de Nice, Les chevaliers du ciel, Les brigades du tigre. Et maintenant Poltergay. Mais le film n'a pas rencontré son public. Derrière la caméra, Eric Lavaine, qui a longtemps travaillé sur Canal plus, pour l'équipe des Robins des Bois, la série H avec Jamel Debbouze, Eric et Ramzy, ou encore les Guignols de l'infos. Clovis Cornillac retrouve pour l'occasion ici Julie Depardieu, après Un long dimanche de fiançailles. Les deux comédiens s'étaient croisés sur le film de Jean-Pierre Jeunet sans pour autant se donner la réplique.

Filmé en décors naturels


Eric Lavaine, réalisateur de Poltergay : "je souhaitais tourner en décors naturels mais encore fallait il trouver La Maison. Les repérages s'avérèrent longs et fastidieux... et à défaut de maison hantée par des fantômes homos, je m'apprêtais à me rabattre sur des studios hantés par des fantômes homos... quand soudain et tout à coup par un soir sans lune, alors que notre diligence parcourait les sentiers chaotiques de la mystérieuse et profonde forêt de Cergy Pontoise (en fait on était en Renault Espace sur l'A1 mais ça fait moins mystérieux) : je la vis : La maison... je ne vous donne par l'adresse exacte par respect pour la vie privée de nos amis fantômes. Je me suis tout de suite dit : "Tiens, il peut se passer des trucs dans celle-là". Il y avait cet escalier central avec de beaux balustres en bois usé. Et là, tu te dis immédiatement que tu vas te régaler avec un bon petit travelling latéral et quelques visions subjectives. Ce qu'il fallait, c'est que le spectateur puisse voir et se familiariser avec la spatialisation de la maison. Je voulais que très rapidement, il puisse situer dans l'espace les différentes pièces et la cave. Ce qui est très difficile à rendre quand tu es en studio.Là, le spectateur suit le héros tout en sachant où il va. Il faut qu'il ait le sentiment d'une espèce d'écrin, comme si tout se passait dans une boîte. Au début, il n'a encore rien vu, mais il doit pressentir qu'il va arriver quelque chose. En un mot, il faut que la maison soit comme un théâtre."

De l'idée au film

Eric Lavaine, réalisateur de Poltergay : "Mai 2004, 12h50 : Hector Cabello Reyes , ancien collègue de bureau des Etablissements Canal Plus, attaque son entrecôte-frites-mayo en m'exposant ses projets futurs : perte de poids au niveau de la sangle abdominale, développement d'un sujet intitulé Poltergay, clôture de son PEA. Etant un garçon de bon conseil, je lui proposais de surseoir à la clôture de son Plan Epargne en Actions, (à long terme avec la bourse on est toujours gagnant) et d'oeuvrer avec lui sur ses lubies cinématographiques.
Poltergay, une maison hantée par des fantômes gays...nous avions un bon pitch et un bon titre...mais ça sentait un peu le court métrage ou le sketch...jusqu'au jour où nous avons trouvé le truc qui change tout : l'idée que certains voient les fantômes gays et d'autres pas. C'est véritablement cela qui a lancé l'aventure parce que, tout d'un coup, nous n'étions plus sur le point de vue des fantômes, ce qui est tout compte fait accessoire, mais sur celui du personnage principal qui affronte cette problématique. Avec Hector, nous avons mis deux ans à développer le scénario travaillant nuit et jour chaque premier mardi du mois entre 14h30 et 17h00. A l'inverse du lait en cave, ce lent mûrissement a permis à Poltergay de se bonifier. Je crois qu'il vaut mieux essayer de vivre à fond et longtemps avec ses personnages. C'est fou comme avec l'expérience on s'aperçoit que les conseils des Anciens sont les bons : privilégier les situations, construire les personnages, ne pas se taper les amies de sa femme...
Venant de « l'Univers de la Vanne Canal » (la sitcom H, les Robins des Bois, Les Guignols), je devais lutter contre ma nature. Quand on passe du sketch au long métrage, il faut se concentrer sur les personnages et les situations... quand on a le bon personnage dans la bonne situation, le rire vient tout seul...
"

Par zoom-Cinema.fr le 25 octobre 2006.

Dernières réactions sur Poltergay

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Poltergay" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Poltergay.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :