Accueil > Seven > Critique

Seven
Critique du film

Affiche miniature du film Seven Affiche du film Seven
 


58 %   (162 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 31 janvier 1996

Genre : Policier.
Nationalité : Américain

Critique du film Seven (8 / 10)

SE7EN UP, ECOUTE TA SOIF (DE SANG)


A priori, Se7en est un film policier dont l'énigme s'inspire des sept péchés capitaux (d'où le titre) avec un tandem bien contrasté chargé de la résoudre (le jeune chien fou et le vieux sage). Ce qui aurait pu donner lieu à une version plus ou moins trash de L'Arme Fatale, sauf que le réalisateur choisi, David Fincher, est un esthète doublé d'un brillant metteur en images. L'ambiance générale est ainsi bien poisseuse, que l'action se déroule dans un appartement, une boite de nuit ou même en plein désert, une grande partie de ce mérite revenant d'ailleurs au Français Darius Khondji. L'intrigue en elle même n'est pas à proprement parler pleine de rebondissements ; dès le début, le principe est très clair : les deux enquêteurs vont de meurtres en meurtres, de cadavres en cadavres, de lieux du crime en lieux du crime.

A chaque fois, ils trouvent quelque chose qui leur indique de quoi sera fait le forfait prochain, le serial killer prenant bien soin de garder un certain contrôle sur la situation. C'est là qu'intervient toute la science de David Fincher : mener le spectateur en bateau en l'étourdissant de violence poisseuse et d'action tour à tour intense puis apaisée jusqu'au coup de théâtre final. Dans cet ordre d'idée, l'apparition de Kevin Spacey dans le dernier tiers du film est un véritable déroulé de tapis rouge pour l'acteur qui n'a plus qu'à suivre tranquillement tout ce que le film suggérait jusqu'alors. Sur ce beau plateau d'acteurs se distinguent tout autant Brad Pitt (charisme et énergie), Morgan Freeman (expérience des peines et douleurs de son métier) et Gwyneth Paltrow (pourtant pas aidée par l'épaisseur de son rôle). La machine est si bien conçue que la fin ne devrait avoir aucun mal à surprendre le spectateur qui devra en supporter également la noirceur (inhabituelle pour une production de cette envergure).
Ce qui prouve :

1 - que David Fincher est un réalisateur hors norme sur lequel il faut compter et 2 - qu'il faudra s'habituer à voir Brad Pitt ailleurs que dans des films mièvres pour filles de treize ans.

Par zoom-Cinema.fr le 31 janvier 1996.

Dernières réactions sur Seven

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Seven" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Seven.

Ce film a 2 commentaires.


       Email

Votre réaction :