Accueil > Willem Dafoe
 Willem Dafoe

Willem Dafoe

Nom : Dafoe
Prénom : Willem
Date de naissance : 22 juillet 1955
Âge : 64 ans
Nationalité : Américain



L'actualité récente de Willem Dafoe

Nymphomaniac : nouvelle image
Le 26 juillet 2013 à 09h49




Biographie

Flash-back  nous sommes le 22 juillet 1955 à Appleton (Wisconsin), dans une famille de huit enfants. Naissance de Willem Dafoe. Il fait ses classes pendant deux ans dans le théâtre expérimental avec une troupe de Milwaukee, avant de faire ses valises, direction New York, en 1977. Il y intègre le Performance Group, où il rencontre la directrice artistique, Elizabeth LeCompte, qui deviendra son épouse. Tous deux fondent ensuite le Wooster Group, toujours axé autour du théâtre d'avant-garde. Tout en ne lâchant pas le théâtre, Willem Dafoe va bâtir, tout au long de ces vingt dernières années, une carrière cinématographique singulière, à l'image de son physique anguleux et troublant, qui le prédestine dans un premier temps aux rôles de salauds. Il débute en 1979 dans La porte du paradis, fresque ambitieuse mais surtout four commercial qui coule la major Artistes Associés. On le retrouve ensuite en vampire de la nuit, parmi la horde des Prédateurs filmés par Tony Scott, ou bien encore roi du gang des motards sillonnant Les rues de feu pour Walter Hil, puis à la tête d'un trafic de fausse monnaie dans le désormais culte Police fédérale Los Angeles. En 1986, grâce à Oliver Stone et à son Platoon, l'acteur change de registre dans la peau du sergent Elias, le pendant humaniste de Tom Beranger, l'exterminateur. Un rôle marquant (personne n'a oublié sa mort en croix sous le feu des Vietcongs) qui lui vaut une nomination à l'Oscar du Meilleur second rôle. Nouvelle étape avec une galerie de personnages positifs, de l'intègre agent du FBI combattant le KKK dans Mississippi burning au vétéran désabusé de Né un 4-juillet, toujours sous la direction d'Oliver Stone, et dans La dernière tentation du Christ, en Jésus ressuscité par la caméra de Martin Scorsese au grand dam des catholiques intégristes. Les années 90 lui seront beaucoup moins favorables, hormis un second couteau trash dans Sailor et Lula (sa tête explosée est dans toutes les mémoires) et surtout le dealer en quête de rédemption, peut-être son plus beau rôle, dans le méconnu Light sleeper de Paul Schrader. Les autres choix sont plus périlleux, de l'oubliable Sables mortels au mastodonte Danger immédiat, sans parler deu navet Speed 2, pour lesquel il se retrouve nommé aux Razzies Awards  ! Ni le succès planétaire du Patient anglais,  ni celui mitigé d'eXistenZ, et encore moins l'échec de Lulu on the bridge de Paul Auster ne lui remettent vraiment le pied à l'étrier (il n'y fait qu'une apparition), bien qu'il reste toujours un second rôle fort et très recherche, comme le prouve son rôle de manipulateur amoureux de sa proie dans New Rose Hotel. 2001 change la donne : sa composition de Max Schreck (mi-homme mi-vampire, surtout acteur de légende du Nosferatu de Murnau) dans L'ombre du vampire est remarquée. Et son interprétation d'Earl Copen, protecteur d'Edward Furlong dans Animal factory, est pour beaucoup dans la réussite de cet énième film carcéral. Rebonds, donc, au cœur d'une carrière bien fournie et qui s'étoffera de films très variés, de la grosse production (Spider-Man, où il incarne le Bouffon vert) au long-métrage français de qualité (L'affaire Farewell).

Filmographie sélective :