Astérix aux jeux olympiques
Critique du film

Affiche miniature du film Astérix aux jeux olympiques Affiche du film Astérix aux jeux olympiques
 


54 %   (204 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 30 janvier 2008

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Ouille ... (3 / 10)

Astérix aux jeux olympiques ... ...ou le fiasco de cette rentrée. On a notre réponse : Astérix mission Cléopâtre est inégalable. Avec un tel budget et autant de monde penché sur le scénario on était en droit d'attendre plus de comique et moins de niaiserie. Les blagues sont lourdes et prévisibles, les dialogues sont parfois inutilement longs et les effets spéciaux sur-présents. Mêmes les « vedettes » ne suffisent pas à  combler le vide par leur apparition. Un sourire s'esquisse quand on découvre un Zinedine Zidane à la pilosité crânienne surdéveloppée mais le rire se fait tout de même rare pour une « comédie ». Seule bonne surprise, celle d'un Clovis Cornillac qui étoffe le personnage de l'irréductible Gaulois par son allure, dont ses jambes arquées.

On peut aussi citer Delon et son autodérision. 10 minutes de rires sur 2 heures, ça reste faible. Thomas Langman a voulu nous en mettre plein la vue et passe ainsi à côté du réel intérêt de l'adaptation d'une BD, transformant totalement le monde du petit moustachu et du gentil rondouillard en arène remplie de people.

Par Tiffany le 23 juillet 2009.

Critique du film Astérix aux jeux olympiques (6 / 10)

LES JEUX SONT FAITS

Au petit jeu de la comparaison qui ne manquera pas de s'opérer entre Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre et Astérix aux Jeux Olympiques, le long-métrage de l'ex-Nul demeure largement gagnant côté zygomatiques. N'est pas Alain Chabat qui veut : un sens du second degré, de l'absurde, que ce nouvel épisode n'égale jamais. Si le film n'atteint pas la médiocrité du premier volet signé Claude Zidi, il souffre du même maux que le précédent long-métrage : l'omni-présence d'un acteur. En l'occurence la tornade Benoit Poelvoorde, qui à l'instar de Jamel Debbouze, balaye tout sur son passage. Une sens comique évident, qui constitue la force et la faiblesse de l'ensemble : une fois de plus, le héros gaulois (Clovis Cornillac) se révèle quasiment écarté de l'intrigue. Dommage, car le comédien belge excelle à nouveau dans un rôle écrit sur-mesure, un cabotin comme on en rafole.

Véritable synthèse entre les deux précédentes oeuvres, Astérix aux jeux Olympiques, à force de vouloir contenter un large public avec son casting d'invités surprises (y compris européen, le long-métrage étant vendu aux quatres coins de la planète), y perd souvent en personnalité et en impact. Les adeptes d'auto-références et sous-entendus devront se contenter d'un Alain Delon souvent jouissif. Loin d'être le navet tant décrié par les critiques, le film fera davantage rire les petits que les grands.

 

Par zoom-Cinema.fr le 30 janvier 2008.

Dernières réactions sur Astérix aux jeux olympiques

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Astérix aux jeux olympiques" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Astérix aux jeux olympiques.

Ce film a 2 commentaires.


       Email

Votre réaction :