Astérix et Obélix contre César
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Astérix et Obélix contre César Affiche du film Astérix et Obélix contre César
 


54 %   (77 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 3 février 1999

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Astérix et Obélix contre César

Secret de tournage du film Astérix et Obélix contre César

La genèse

1993. Thomas Langmann (Astérix aux Jeux Olympiques), fils de Claude Berri propose un jour à son père d'adapter Astérix au cinéma. Claude Berri demeure très sceptique. Plusieurs projets avaient en effet échoué par le passé : celui de Louis de Funès (qui souhaitait interpréter Astérix sans pour autant porter de moustaches) et de Claude Lelouch, qui souhaitait faire un film interprété par des gens pris dans la rue. Entre temps, les bandes-dessinées ont également été adaptés en dessins-animés. Pourtant petit à petit l'idée fait son chemin dans la tête du réalisateur de "Jean de Florette" et de "la Débandade". Amateur des défis insensés, Claude Berri en parle à Uderzo, le dessinateur à l'origine avec René Goscinny les deux gaulois les plus célèbres du monde. Goscinny ayant disparu, Uderzo est le seul à avoir un droit de regard sur son oeuvre. Et l'homme est exigeant : il obtient de Claude Berri de faire jouer le rôle d'Obélix à Gérard Depardieu (talent et corpulence oblige) et que le film soit une grosse production. Très vite Claude Berri réussit à combler les deux exigences principales d'Uderzo. Gérard Depardieu accepte avec l'enthousiasme qu'on lui connaît d'enfiler les braies bleues d'Obélix.

280 million de francs de budget

Producteur éminent, Claude Berri n'a aucun mal à décrocher le plus gros budget du cinéma français à l'époque : 280 million de francs, alors que le budget moyen d'un film français avoisine les 31 million de francs. A titre comparatif "le Hussard sur le toit" a coûté la bagatelle de 176 million de francs, sans pour autant atteindre les 500 million du film Le cinquième élément de Luc Besson, tourné en anglais et destiné au marché international. Claude Berri n'est pas un homme fou pour autant et a limité les risques en s'alliant avec des coproducteurs allemands et italiens (en particulier la société de Roberto Benigni, le réalisateur de "La vie est belle", qui joue un méchant et traître romain dans le film de Claude Zidi), où les albums d'Astérix et Obélix sont des best-sellers.

Sur ce budget pharaonique, 30 million ont été consacrés aux décors, 35 aux effets spéciaux et numériques (signés Pitof, futur réalisateur de "Vidocq" avec Gérard Depardieu), 2,2 à la musique signée Jean-Jacques Goldman, 6 aux costumes confectionnés par Sylvie Gautrelet et surtout 40 million rien qu'au casting de rêve :
Gérard Depardieu, Christian Clavier, Laetitia Casta, Roberto Benigni, Michel Galabru, Jean-Pierre Castaldi, Pierre Palmade, Pédale Dure, L'anniversaire), Gottfried John. Bref, un casting en or servit sur un plateau d'argent. Sans omettre les 20 millions consacrés à la seule promotion tous azimuts et les trois millions pour les 12 000 bandes-annonces diffusés au cours du mois de janvier et les 600 copies du film.

Un long travail de documentation

Le film est confié à Claude Zidi, réalisateur des "Ripoux 3", qui explique à l'époque son travail en amont: "mon premier travail a consisté à relire tous les albums pour bien me pénétrer de cet univers si particulier. J'ai travaillé avec un type épatant, François Meunier, qui avait établi un répertoire complet des personnages des situations, des lieux, des épisodes et même des objets figurant dans"Astérix". Le fichier constituait un outil formidable et m'a permis d'entrer plus rapidement dans le petit monde de cette bande dessinée. Ainsi ai-je pu me mettre à construire un scénario original qui devait sauvegarder personnages et caractères principaux, les lieux et l'époque, mais innover sur le plan du récit dramatique et des épisodes. Ainsi est né "Astérix et Obélix contre César" auquel j'ai essayé de faire participer à peu près tous les personnages contenus dans la BD...".

Hélas Claude Zidi se disperse. A force de piocher dans tous les albums au lieu de se concentrer sur un seul, le réalisateur se perd en chemin. Astérix et Obélix contre César, 10 millions d'entrées en France. A quelques jours de la sortie du film, le producteur Claude Berri est pourtant très enthousiaste : "il est certain qu'ont régné sur le tournage d'Astérix et Obélix contre César une excitation et une passion exceptionnelles. Il y a toutes sortes de cinéma et mes goûts sont très éclectiques. Mais ce qu'on appelle LE cinéma, le cinéma populaire, à grand spectacle, motive les gens et leur donne l'impression de faire du cinéma en lettres majuscules. C'est du CINEMA. Il y a de la figuration, on a du temps, on s'embarque pour des mois et des mois, comme à la grande époque. J'ai connu quelques grandes aventures de cinéma, chaque fois, il y a un enthousiasme fou." Pour être rentable, Astérix et Obélix contre César devait dépasser les 7 million d'entrées en France. Avec 10 million de tickets vendus, c'est tout bénéfix !

Par zoom-Cinema.fr le 3 février 1999.

Dernières réactions sur Astérix et Obélix contre César

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Astérix et Obélix contre César" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Astérix et Obélix contre César.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :