The Dark Knight, Le Chevalier Noir
Critique du film

Affiche miniature du film The Dark Knight, Le Chevalier Noir Affiche du film The Dark Knight, Le Chevalier Noir
 


55 %   (277 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 13 août 2008

Genres : Action, Fantastique.
Nationalité : Américain

L'appel du chaos (10 / 10)

Si Batman begins était un bijou cinématographique, Nolan signe avec Le chevalier noir un diamant brut, ciselé dans toutes ses facettes et glissé dans un écrin de velour. Soyons clairs, The Dark Knight efface totalement Batman begins tellement il place la barre bien au delà. Gotham City perd son ambiance glauque et encore un brin steampunk du premier opus, pour un film qui bascule totalement dans l'anticipation moderne. On est dans l'ère post 9/11, et le terrorisme moderne est la nouvelle peur, incarnée par un Joker sublimé, véritable héros de ce film.

Diviser pour mieux régner pourrait être sa maxime, si encore il désirait régner. Mais Heath Ledger a effectivement su donner vie à un agent du chaos irrationnel qui demeure un des meilleurs bad guys vu au cinéma, et qui enfonce sans peine la prestation de Nicholson, et tous les pseudos serial killers froids et calculateurs que l'on tente de nous servir dans les productions récentes. Cramé du cerveau, violent, sans états d'âmes, cynique et sur le fil entre calcul et folie pure, son entrée en scène est fracassante et jusqu'à la confrontation finale qui renverse ses affirmations, il reste flamboyant. Dommage qu'il n'y ait pas plus de place pour lui dans le film tellement il y a de choses à développer et de personnages aussi intéressants et mis en avant également (ce qui est aussi une qualité du film).

The Dark Knight est une superproduction, mais intelligente et racée, un de ces films dont les moyens sont mis pour en foutre plein la vue au spectateur mais où le scénario, les thèmes développés et la personnalité du film crèvent l'écran et composent un film qui marque durablement par sa complexité, sa subtilité de réalisation et son esthétisme travaillé. La dualité chevalier blanc / noir est extrêmement bien trouvée dans le film, et donne tout son sens à son titre. Ce n'est pas le film d'un héros, c'est celui d'un martyr. Extrêmement noir, sinistre et étouffant dans son déroulement et les morts se comptent par dizaines, le long-métrage propose pourtant une mince étincelle qui subsiste au dessus de cette mer d'encore. L'ambiance catastrophique de dégradation totale et cette façon qu'on les bons de s'accrocher à leur idée n'est pas sans rappeler la beauté noire de  Nausicaa. Scénario efficace, mise en scène superbe (des petite erreurs pardonnables), bande-son d'Howard et de Zimmer prenante, interprétation époustouflante (Ledger et Eckhart en tête), les adjectifs manquent pour qualifier ce film. Sa plus grande force réside dans le fait que Nolan livre des personnages profondément humains et crédibles. Le réalisateur donne à ses personnages une réelle psychologie (Batman à la limite du Dieu et de l'extrémiste le plus violant, Harvey Dent rongé par la souffrance et la douleur, et le Joker magnifiquement dérangé joué par Ledger, nihiliste par fascination pour le chaos).

The Dark Knight, dans son trai­te­ment réa­liste de la guerre qui op­pose les gangs à la jus­tice, fait da­van­tage pen­ser à Heat ou à American Gangster qu'à un Spiderman. On gagne en so­li­di­té nar­ra­tive ce que l'on perd en fan­tai­sie, et on troque le Joker hi­lare de Jack Nicholson contre la boule d'angoisse. Au bout du compte, l'his­toire est la même : l'ordre, le sé­rieux, la ri­gi­di­té contre le chaos, le rire, la li­ber­té. La dif­fé­rence, c'est que ce Dark Knight aime à dé­ve­lop­per ses thèmes en de longues ti­rades ex­pli­ca­tives sur la fine fron­tière entre le bien et le mal, l'ordre et le chaos... Le scé­na­rio est malin, bien écrit, et mé­nage de vraies plages de sus­pense que la réa­li­sa­tion ex­ploite ha­bi­le­ment. Un film sombre et pesant, pas trop manichéen, des méchants ayant une réelle psychologie et non réduits à l'état de bouffons sanguinaires, un héros trouble, un Joker royal. Et surtout, une suite, vite.

Par Laurent B. le 30 avril 2010.

Critique du film The Dark Knight, Le Chevalier Noir (8 / 10)

ARRETE-MOI SI TU PEUX


Impossible de ne pas évoquer bien sûr la performance du regretté Heath Ledger dans ce long-métrage brillant, quoique alourdi par sa longueur. On aurait préféré un montage plus resserré (2 heures auraient largement suffit). Ce qui n’enlève rien aux qualités artistiques de ce deuxième volet des aventures de l’homme chauve-souris. Christopher Nolan se révèle une fois de plus l’homme de la situation en dépeignant un univers sombre à souhait comme on les affectionne. On ne peut qu'adhérer à cette vision sombre de la démocratie. Le réalisateur interroge avec brio les valeurs morales. Impossible de ne pas voir également les multiples messages à divers niveaux (de l'affiche à la prise d'otage) sur les conséquences du 11 septembre et d'une Amérique traumatisée, en quête d'identité.

Devant la caméra Christian Bale réussit l’exploit de ne pas se faire complètement écraser par le personnage déjanté du Joker, comme le fut en son temps Michael Keaton dans le Batman de Tim Burton, où Jack Nicholson ne laissait aucun miette à ses partenaires de jeu. Dans le cas présent, Heath Ledger fait lui aussi preuve d’une présence magnétique. Le comédien est allé chercher dans les recoins les plus profonds de sa personnalité des zones à l’image du long-métrage : clairement obscur. Le résultat est tour à tour monstrueux, perturbant, jubilatoire, renforcé par un maquillage délavé et un jeu avec la langue, qui renforce ses rictus. Il reste comme un témoignage émouvant d’un acteur complet, à la filmographie riche et contrastée. De par sa réussite indéniable (réalisme, personnages envoûtants, scénario cérébral), Christopher Nolan lui rend le plus vibrant hommage qui soit.

Par zoom-Cinema.fr le 13 août 2008.

Dernières réactions sur The Dark Knight, Le Chevalier Noir

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "The Dark Knight, Le Chevalier Noir" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu The Dark Knight, Le Chevalier Noir.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :