Accueil > Basic Instinct > Secrets de tournage

Basic Instinct
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Basic Instinct Affiche du film Basic Instinct
 


50 %   (56 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 8 mai 1992

Genre : Policier.
Nationalité : Américain

Secret de tournage du film Basic Instinct

Secret de tournage du film Basic Instinct

Sharon Stone, alias Catherine Tramell dans Basic Instinct

La tigresse. Une carrière très mal menée, après la révélation dans le sulfureux Basic Instinct.
Mais depuis, plus que des navets (dont Basic Instinct 2), à part Casino de Martin Scorcese (Aviator, Gangs of New-York, Taxi Driver) et Broken Flowers où elle charme à nouveau Bill Muray.


Flashback. La future star sulfureuse de Basic Instinct est née en Pennsylvanie, dans la commune de Meadsville, le 10 mars 1958 .

Si comme certains elle n'a pas été plongée très tôt dans le milieu artistique (Tobey Maguire, Nathalie Portman, Scarlett Johannson), Sharon Stone a découvert assez vite tout de même son intérêt pour la scène.
Passionnée par le théâtre, elle s'inscrit à 17 ans à peine dans un cours d'art dramatique.

Etudiante douée, elle obtient même une bourse qui lui permet de s'inscrire à l'Université d'Edinboro.
Là, elle se consacre à sa passion et obtient un diplôme en lettres et beaux-arts.
Auréolée de prix dans des concours de beauté, c'est tout naturellement qu'elle se voit engagée par l'agence Eileen Ford.
Une collaboration fructueuse qui l'amènera à travailler pour des marques prestigieuses et aussi diverses que Diet Coke et Revlon.

La belle gagne bien sa vie grâce à sa beauté naturelle.
Mais au fond d'elle même, elle semble trahir ses premiers amours.

Bien décidée à reprendre le train en marche, elle suit des cours avec Roy London.
Et se voit proposer dans la foulée un petit rôle par le plus new-yorkais des cinéastes, Woody Allen (Celebrity, Harry dans tous ses états, Le sortilège du scorpion de Jade, Match Point, Manhattan, Annie Hall).
Le metteur en scène juif l'invite pour quelques plans dans Stardust Memories.
Un bon pied à l'étrier dans le milieu du septième art.

Pourtant, la belle ne se voit proposer par la suite que des rôles très abjects et fondés sur son physique.

Bref, les années 80 riment avec disette.

Heureusement, une rencontre va changer son destin.
Paul Verhoeven saisit tout le talent et le potentiel de la jeune femme au charme ravageur.

En 1990, elle donne ainsi la réplique à monsieur muscle et futur Terminator, Arnold Schwarzenegger, dans le culte Total Recall. Le public est au rendez-vous, mais la violence n'est pas sans choquer un certain nombre de personnes.

Le long-métrage se révèle un bon début pour Sharon Stone, mais la comédienne n'a pas encore trouvé LE rôle qui fera d'elle une star et permettra d'être identifiée par le public.
Le succès viendra très vite, deux an après Total Recall.

Toujours dirigée par le réalisateur de Robocop, Sharon Stone fait scandale avec Basic Instinct, aux côtés de Michael Douglas (Traffic de Steven Soderbergh, The Game de David Fincher)
Un des plus gros succès des années 90. Le thriller érotique, particulièrement démoniaque, avec deux scènes mythiques. L'interrogatoire, où Sharon Stone croise les jambes et met sa plastique parfaite en valeur. Et le seau à glace.

L'actrice est acclamée au festival de Cannes. Le souffre souffle sur le film, y compris lors de sa première diffusion sur Canal plus.
Les Nuls iront jusqu'à parodier la scène culte de l'interview sexy dans La cité de la peur.

Problème par la suite.
Sharon Stone se laisse enfermer dans des rôles similaires à ceux qui ont fait son succès.
Toujours la femme sulfureuse dans des navets vendeurs, sous prétexte qu'ils sont pimentés de scènes érotiques.

Citons en vrac Intersection, Sliver (un voisin l'observe alors qu'elle demeure en tenue légère), Sphere avec Dustin Hoffman (Rain Man), The Mighty de Peter Chelsom, Gloria de Sidney Lumet, ou encore le remake Diabolique avec Isabelle Adjani.

Quelques exceptions dans cette série de long-métrages oubliables.
L'expert avec Sylvester Stallone. De l'action simple mais efficace.
Le western Mort ou vif où elle prend sous son aile et révèle un certain Leonardo Di Caprio, future star de Titanic, Arrête-moi si tu peux de Steven Spielberg, Gangs of New-York et Aviator de Martin Scorcese.

Ce dernier lui offre d'ailleurs son plus beau rôle à ce jour avec Casino, aux côtés de Robert de Niro (Taxi Driver, Mon beau-père, mes parents et moi, Raging Bull, Heat).
Un film grandiose dans le milieu corrompu de Las Vegas.

S'ensuit Broken Flowers où elle charme à nouveau Bill Muray. Peut-être la fin de la traversée du désert avec le dernier Jim Jarmusch, présenté au Festival de Cannes 2005...

H.T

Par zoom-Cinema.fr le 8 mai 1992.

Dernières réactions sur Basic Instinct

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Basic Instinct" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Basic Instinct.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :