Accueil > Dialogue avec mon jardinier > Secrets de tournage

Dialogue avec mon jardinier
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Dialogue avec mon jardinier Affiche du film Dialogue avec mon jardinier
 


51 %   (58 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 6 juin 2007

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Dialogue avec mon jardinier

Secret de tournage du film Dialogue avec mon jardinier

D’après le livre d’Henri Cueco


La méthode Jean Becker, une formule qui a fait ses preuves. Des acteurs reconnus (Jacques Villeret, Josiane Balasko, Thierry Lhermitte, Benoit Magimel, André Dussolier), un script rétro voir nostalgique, et un certain sens de la qualité made in France. Résultat, des films tous publics, qui séduisent le plus grand nombre, d’Effroyables jardins au long-métrage Les enfants du marais. Pour ce nouveau film, Dialogue avec mon jardinier, Jean Becker a fait appel à deux acteurs avec lesquels il n’avait jamais travaillé : Jean-Pierre Daroussin (Un air de famille, Le coeur des hommes, Le cœur des hommes 2) et Daniel Auteuil (36 quai des orfèvres). L’occasion pour Jean Becker d’adapter une nouvelle fois un livre, en l’occurrence ici Dialogue avec mon jardinier d’Henri Cueco. Jean Becker :
"j’ai tout de suite été frappé par la façon qu’avait le jardinier de parler, de s’exprimer, par des réflexions très particulières. C’est d’ailleurs sûrement ce qui avait frappé Cueco quand il avait rencontré cet homme et qui lui avait donné l’envie d’écrire le livre - pour qu’il en reste une trace. Ce jardinier est un être singulier, assez exceptionnel. Il a une vue sur les choses de la vie tout à fait spontanée et naïve, et pourtant juste et profonde. Ce n’est pas Monsieur Tout Le Monde. Les dialogues, tels que les a restitués Cueco, sont formidables d’étrangeté et de bon sens à la fois. Il fallait quasiment inventer de toutes pièces le personnage du peintre qui, dans le livre, n’existe que pour renvoyer la balle au jardinier. J’ai commencé à écrire le scénario tout seul et puis, assez vite, j’ai ressenti le besoin de me faire aider par quelqu’un. Et j’ai tout naturellement pensé à Jean Cosmos parce qu’on s’était très bien entendus lorsqu’on a travaillé ensemble sur l’adaptation d’Effroyables Jardins, mais aussi parce que sa fille est peintre et qu’elle l’a sûrement bien aidé pour développer ce personnage. Il fallait trouver le juste équilibre entre les deux, ne pas affaiblir le jardinier tout en donnant assez de vie et de consistance au peintre."

Un ton personnel


Pour autant, Jean Becker n’a pas fait appel à l’auteur, Henri Cueco pour réaliser son adaptation. Jean Becker : "non, pas plus que je n’ai utilisé ses dessins ou ses peintures. C’est, je crois, pour mieux m’approprier le sujet. Je n’avais pas non plus demandé à Michel Quint de participer à l’adaptation d’Effroyables Jardins. Il n’y avait qu’avec Sébastien Japrisot où ça ne me gênait pas qu’il travaille sur ses adaptations, on se connaissait tellement bien... Et si Cueco est crédité au générique pour les dialogues, c’est parce qu’on a utilisé beaucoup de dialogues du livre tels quels. De la même manière qu’on a gardé par exemple tel quel le personnage de la femme du jardinier. Après avoir travaillé avec Jean Cosmos, j’ai aussi fait appel à mon copain Jacques Monnet et également, pour un dernier petit coup de pouce, sans même le créditer, à François D’Epenoux qui a écrit Deux jours à tuer dont est tiré mon prochain film. Je ne refuse aucune bonne volonté. Ce qui m’importe, comme toujours, c’est de mettre tous les atouts de mon côté pour que le scénario soit le mieux possible !"

Par zoom-Cinema.fr le 6 juin 2007.

Dernières réactions sur Dialogue avec mon jardinier

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Dialogue avec mon jardinier" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Dialogue avec mon jardinier.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :