Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre Affiche du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre
 


61 %   (144 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 30 janvier 2002

Genre : Comédie.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

Secret de tournage du film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

Les copains d'abord


Des eaux tumultueuses de l'île de Malte en passant par les oueds marocains et les gigantesques studios parisiens d'Epinay, Alain Chabat et son équipe ont connu des variations de températures de près de 50 degrés et des paysages d'une grande diversité (Fontainebleau, le Maroc, Malte). Alain Chabat a fait appel à ses amis, issus pour la plupart de la famille Canal plus : Chantal Lauby, sa collègue des Nuls, Jamel Debbouze, Edouard Baer et les Robins des Bois.

Dominique Farrugia
n'est pas dans le film pour des problèmes de dates. Il a toutefois participé aux premières bandes-annonces où il est déguisé en Cléopâtre. Hilarant ! Même la famille est présente, avec au générique Carole Chabat qui incarne une ouvrière (également stagiaire à la réalisation) et Max Chabat, qui interprète un enfant égyptien. Momo Debbouze, qui n'est autre que le frère de Jamel Debbouze, campe quant à lui un vendeur de sphinx.

Malte


Malte a été choisie pour ses studios aquatiques, un des seuls au monde à posséder les installations dignes d'accueillir un tournage de cette complexité. Les infrastructures maltaises - les gigantesques bassins, les machines à vagues -ont été adaptées aux besoins d'Alain Chabat. C'est là que furent tournés les plans mettant en scène Barbe Rouge (Bernard Farcy, vu dans "Taxi" et "Les Trois frères") et son équipe de pirates inoubliable. Les scènes des pirates a nécessité des techniques différentes et des aménagements particuliers qu'offrent les studios maltais. Un immense bassin en plein air qui donne sur la mer avec des conditions optimales, avec de surcroît une lumière magnifique, a permit de donner vie aux pirates des mers. Pour la première fois Christian Clavier, Gérard Depardieu, Jamel Debouze ont joué ensemble. L'alchimie a été immédiate. Au terme de dix jours de tournage, les scènes sont en boite. Alain Chabat, Laurent Dailland (directeur de la photographie) et leur équipe s'envolent alors pour le Maroc, aux studios d'Ouarzazate.

 

Le Maroc

Comme à Malte, la logistique locale va être mise à contribution, et durant une longue période, puisque tous les extérieurs - à savoir la bataille, le chantier, le désert, le palais de César, la course de chars, le Nil, le Sphinx - seront tournés au Maroc. Soit au total un tournage sur place de près de 14 semaines. Résultat : Alain Chabat et son équipe ont commencé le tournage sous un soleil de plomb et terminé en doudoune (l'hiver marocain demeure plutôt rude). Seul Gérard Depardieu restait torse nu entre les prises. Le chef décorateur, At Hoang et son équipe ont souffert de problèmes physiques. Même les marocains ne travaillent pas sous cette canicule. Pourtant les décors ont été terminé à temps, mais non quelques difficultés, notamment les tempêtes, les serpents et les scorpions omniprésents. Le tournage a été perturbé par deux tempêtes de sable. L'une d'entre elles, qui a duré huit heures est survenue pendant la préparation d'une scène en extérieur avec 2 000 figurants.
Elle a paralysé le tournage pendant deux jours. C'est durant le tournage de cette séquence que Luc Besson est passé faire un tour et n'a pas hésité à faire quelques plans. Laurent Dailland (directeur de la photographie) a dû également dompter un soleil généreux mais capricieux : il a fallu jouer avec la direction du soleil, qui se déplace très vite, en particulier le soir. Même dans le désert, le soleil peut parfois être voilé.

Pour pallier le manque de lumière occasionnel, il a parfois fallu tricher afin que le spectateur ait toujours le sentiment qu'il fait toujours aussi chaud, la lumière toujours aussi dorée et le ciel est toujours aussi bleu. Epinay Au terme de ces 14 semaines de tournage du Maroc, l'équipe, harassée de fatigue, regagne la France et studios d'Epinay. Restent encore à tourner les intérieurs du palais de Cléopâtre, ceux de la hutte de Panoramix (début du film) et les extérieurs enneigés de la Bretagne.
Peu de studios permettent d'abriter un décor comme celui conçus par At Hoang et Tanino Liberatore, à savoir la salle du trône de Cléopâtre.
Le tournage en studios comporta de nombreux avantages, dont celui de dominer totalement la lumière. Mais il a fallu cependant pour Laurent Dailland (directeur de la photographie) maîtriser un point essentiel : le raccordement entre la lumière du studio et l'incroyable luminosité marocaine.

Laurent Dailland utilisa donc une très grande puissance électrique afin de restituer le soleil du Maroc. Pour la scène enneigée en Gaule, c'était le contraire : le spectateur devait avoir le sentiment ait le sentiment de se trouver en Bretagne en plein hiver.
Plusieurs animaux ont été importés : un guépard, un agneau, le chien Idéfix, des crocodiles et des chats égyptiens pour la scène du trône de Cléopâtre. Le plus difficile n'étant pas de maîtriser les crocodiles, mais de récupérer les grenouilles d'Amonbofis (l'architecte officiel de Cléopâtre, incarné par Gérard Darmon) qui sautaient dans tous les sens.

Epinay

Au terme de ces quatorze semaines de tournage du Maroc, l'équipe, harassée de fatigue, regagne la France et studios d'Epinay. Restent encore à tourner les intérieurs du palais de Cléopâtre, ceux de la hutte de Panoramix (début du film) et les extérieurs enneigés de la Bretagne. Peu de studios permettent d'abriter un décor comme celui conçus par At Hoang et Tanino Liberatore, à savoir la salle du trône de Cléopâtre. Le tournage en studios comporta de nombreux avantages, dont celui de dominer totalement la lumière. Mais il a fallu cependant pour Laurent Dailland (directeur de la photographie) maîtriser un point essentiel : le raccordement entre la lumière du studio et l'incroyable luminosité marocaine. Laurent Dailland utilisa donc une très grande puissance électrique afin de restituer le soleil du Maroc. Pour la scène enneigée en Gaule, c'était le contraire : le spectateur devait avoir le sentiment ait le sentiment de se trouver en Bretagne en plein hiver.

Plusieurs animaux ont été importés : un guépard, un agneau, le chien Idéfix, des crocodiles et des chats égyptiens pour la scène du trône de Cléopâtre. Le plus difficile n'étant pas de maîtriser les crocodiles, mais de récupérer les grenouilles d'Amonbofis, incarné par Gérard Darmon) qui sautaient dans tous les sens.

 

Les animaux

Les animaux font partir du décor égyptien et tiennent une place importante dans le film. Alain Chabat a tenu à choisir chaque chameau, oiseau, chien et chat (cf scène d?introduction). Idéfix, le chien d'Obélix, a été trouvé en Angleterre par Patrick Pittavino, dresseur. Restait les animaux indésirables, qui s'invitent sur le plateau : les serpents et autres scorpions. Pour écarter tout danger la production engagea dès la construction du chantier un charmeur de serpents, avec la mission de nettoyer chaque décor des intrus. Si la quasi-totalité des animaux était bien dressé, il n'en fut pas de même pour Cannabis, l'âne de Numérobis (Jamel Debbouze). Lors des prises de vue, l'âne partait dans n"importe quelle direction. Plus tard léquipe appris que le vrai nom de lâne n"était autre que Marijuana !

La technique

Alain Chabat et son équipe ont relevé un grand nombre de défis techniques. Tous les jouets derniers cris ont été utilisés, les types de caméra également : Steadycam, Pogocam, travelling, à l'épaule, grue, motion control (caméra assistée par ordinateur). Sans omettre la Sunbox, une lampe géante qui produit une lumière très douce, avec une grue en guise de pied. La Sunbox est une boite de six mètres par six mètres sur quatre mètres de haut, qui permet d'éclairer avec la même lumière à n'importe qu'elle heure de la journée. Laurent Dailland, directeur de la photographie, s'en est notamment servi la nuit pour la scène finale du banquet : suspendue à une grue, entièrement équipée de toile blanche, éclairée de l'intérieur, elle diffuse une lumière uniforme. Autre procédé utilisé : la Moonlight, un ballon de deux mètres, gonflé à l'hélium et dans lequel se trouvent quatre petites lampes d"un kilo chacune. La Moonlight, sensée reproduire la lumière nocturne, a été détournée de sa fonction première pour recréer la lumière du jour. Alain Chabat et Laurent Dailland souhaitaient également recréer l'ambiance de lourdeur et de passé que l'on ressent lorsqueon est en Egypte. Les deux hommes ont donc opté pour les scènes en studio pour une lumière extrêmement violente. Une seule source était nécessaire et la seule possible s'appelait le Whendilight, qui est très peu utilisée en studio habituellement car elle diffuse une lumière d"une puissance de 245 KW !

Par zoom-Cinema.fr le 30 janvier 2002.

Dernières réactions sur Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre.

Soyez le premier à commenter ce film !


       Email

Votre réaction :