Accueil > Molière > Secrets de tournage

Molière
Secrets de tournage

Affiche miniature du film Molière Affiche du film Molière
 


51 %   (92 votes)

Donnez votre avis !

Ciné : 31 janvier 2007

Genre : Drame.
Nationalité : Français

Secret de tournage du film Molière

Secret de tournage du film Molière

Une fantaisie autour de la vie de Jean-Baptiste Poquelin, alias Molière

Décidément, les adaptions très libres de vies ou biographies demeurent à la mode. Molière sort la même semaine que L’île aux trésors d’Alain Berbérian avec Gérard Jugnot, Alice Taglioni et Jean-Paul Rouve.

Une autre comédie déjantée, laissant libre court à l’imagination et une relecture habile de l’œuvre de Stevenson.Après Mensonges et Trahisons, Laurent Tirard s’attaque lui à la vie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière.

Mais loin d’une biographie simple et littérale, le metteur en scène a préféré se concentrer sur un épisode précis de sa vie, lorsque l’auteur de pièce de théâtre a disparu plusieurs mois.

Molière, un film né d’une envie de Laurent Tirard de réaliser une comédie décalée

Loin d’être une initiative, le nouveau long-métrage est né un peu par accident, sans pour autant être un film de commande…Laurent Tirard :"On pourrait imaginer que je suis un grand fan de Molière et que j’avais envie de faire ce film depuis longtemps, mais ce n’est pas du tout le cas. Le projet est né de façon presque accidentelle. Au moment de la sortie de Mensonges et Trahisons, mon premier long, je me suis rendu compte que ce que je pensais être un film original, un peu nouveau, s’inscrivait en fait dans l’espèce de mode des films sur les trentenaires. J’ai alors réagi avec l’envie de ne surtout plus faire une comédie contemporaine et de travailler sur un film qui ne ressemblerait pas aux autres. Pour Mensonges et Trahisons, j’avais pris beaucoup de plaisir à tourner toutes les petites séquences sur la Préhistoire, le Moyen-Âge, le XIXe siècle ou même les années 80. L’idée d’une comédie décalée, aux thèmes modernes mais en costumes, m’attirait vraiment. Le champ restait encore vaste. J’avais le souvenir d’avoir lu Le Misanthrope avec plaisir au lycée, mais rien depuis. Je me suis donc replongé dedans et, maturité et expérience aidant, cela m’a beaucoup plus parlé aujourd’hui qu’à l’époque ! Du coup, j’ai eu envie de lire Molière. J’ai découvert Les Femmes Savantes que je ne connaissais pas du tout. J’ai tout aimé de cette pièce brillante. Au-delà de la magie des mots, les situations étaient universelles, intemporelles et Molière les restituait avec un sens de la nature humaine unique. Comment faire un choix ? Comment adapter ? Le Misanthrope ne me suffisait pas, Les Femmes Savantes non plus. En parallèle, je me suis évidemment intéressé à l’auteur et j’ai commencé à lire des biographies.

Molière ne s’inspire donc pas des nombreuses bio réalisées dans les années 50, relatant la vie de l’auteur du Misanthrope et autre Tartuffe. Le metteur en en scène a préféré s’inspirer du livre particulièrement romancé de Mikhaïl Boulgakov. Le jeune cinéaste a fait appel à son coscénariste Grégoire Vigneron pour écrire le scénario, empreint d’originalité.

Retrouvailles

Dans le rôle-titre on retrouve Romain Duris, absent sur les écrans depuis Les poupées russes de Cédric Klapish. A ses côtés le très cabotin Fabrice Luchini (Le coût de la vie), qui n’avait pas donné la réplique dans un film de costumes depuis Beaumarchais l’insolent. Sans omettre Laura Morante (L’empire des loups) et Ludivine Sagnier (Swimming Pool, 8 femmes). Et surtout Edouard Baer. L’occasion donc pour Laurent Tirard de retrouver celui qu’il avait dirigé dans son premier long-métrage, Mensonges et trahisons.

Par zoom-Cinema.fr le 31 janvier 2007.

Dernières réactions sur Molière

Attention, il est possible que certains commentaires contiennent des révélations sur la fin du film "Molière" ou sur des éléments clés de celui-ci, donc prudence pour ceux qui n'ont pas encore vu Molière.

Ce film a 1 commentaire.


       Email

Votre réaction :