Accueil > Isabelle Huppert
 Isabelle Huppert

Isabelle Huppert

Nom : Huppert
Prénom : Isabelle
Date de naissance : 16 mars 1953
Âge : 66 ans
Nationalité : Français



L'actualité récente de Isabelle Huppert

Biographie

Isabelle Huppert est née le 16 mars 1953 à Paris, dans un milieu aisé. Son père est patron d'une entreprise de coffre-fort. Sa mère enseigne la langue de Shakespeare. Après une enfance passé à Avray, elle suit des cours au conservatoire de Versailles. S'ensuit une licence de russe et surtout des cours au Conservatoire d'Art pour compléter sa formation. C'est là que lui parviennent les premières propositions : une figuration dans Faustine et le bel été de Nina Companeez et une dramatique télé de Claude Santelli, "Madame Baptiste", d'après Maupassant. Le cinéma s'intéresse vraiment à elle avec César et Rosalie, où elle incarne la petite sœur de Romy Schneider, ainsi que Le bar de la fourche, aux côtés de Jacques Brel.

Isabelle Huppert se fait très vite remarquer, et embaucher dans des films majeurs. . En 1974, elle tourne pour la première fois en Amérique dans Rosebud, sous la direction d'Otto Preminger, et y effectue une tournée théâtrale avec "L'avare". Elle gagne ses galons de comédienne populaire un peu plus tard grâce au film de Bertrand Tavernier Le juge et l'assassin, pour lequel elle reçoit le prix Suzanne-Bianchetti, qui récompense alors les meilleurs espoirs. Citons aussi Dupont La joie ou encore Les valseuses, film culte avec Gérard Depardieu, Miou-Miou et Patrick Deawaere. Mais il faudra attendre l'âge de 23 ans pour le grand public apprécie enfin à sa juste valeur son talent, dans La Dentellière. Isabelle Huppert, à peine 20 ans, peut déjà se permettre de refuser des rôles. Avec un prix obtenu à Cannes pour sa prestation dans le Violette Nozière de Chabrol et un beau succès d'estime pour le Loulou de Pialat, elle part pour Hollywood pour y tourner La porte du paradis, de Michael Cimino. L'échec commercial historique du film, ainsi que les conditions de tournage dans lesquelles elle y a évolué (interdiction totale de parler français à qui que ce soit) la font rappliquer dare-dare en France, où elle retrouve Bertrand Tavernier (Coup de torchon), s'acoquine avec Jean-Luc Godard (Sauve qui peut (la vie), puis Passion), Marco Ferreri (L'histoire de Piera) et tous les metteurs en scène qui font le cinéma français de première classe. Bien des années après son premier prix d'interprétation au conservatoire de Versailles, elle est sacré à tout juste 25 ans dans Violette Nozières de Claude Chabrol, rôle pour lequel elle obtient le prix d'interprétation féminine au festival de Cannes. La croisette, qu'elle fréquentera à de nombreuses reprises, avec notamment La Pianiste de Michael Haneke, aux côtés de Benoît Magimel. Cannes donc, mais aussi Claude Chabrol, avec qui elle ne cessera de collaborer : La cérémonie avec Sandrine Bonnaire, Merci pour le chocolat avec Jacques Dutronc et bien sûr Madame Bovary. Autre grande tendance dans sa filmographie : des personnages fêlés, à la limite de la folie : Deux et La Pianiste pour ne citer que ces trois là. Actrice torturée, limite intello, elle a auparavant été sollicitée par les plus grands réalisateurs : Coup de foudre de Diane Kurys, Loulou de Maurice Pialat, 8 femmes de François Ozon, où elle joue une soeur despote et acariâtre. Le thème de la consanguinité qu'elle exploitera à nouveau dans la comédie Les soeurs fâchés aux cotés de Catherine Frot.

Un temps présidente de la commission de l'Avance sur Recettes et la plus internationale des actrices françaises, Isabelle Huppert a tourné en Australie (Cactus), en Russie (L'inondation, d'après un court roman de Zamiatine), en Allemagne (Malina et Poussières d'amour, de Werner Schroeter), en Italie (Les affinités électives, des frères Taviani) ou aux Etats-Unis (Amateur, de Hal Hartley), affronte Béatrice Dalle dans La vengeance d'une femme sous l'égide de Jacques Doillon, quitte Daniel Auteuil dans La séparation puis retrouve Benoît Jacquot qui la fait tourner coup sur coup dans Pas de scandale et La fausse suivante.

Stakhanoviste des tournages depuis quelques années, Isabelle Huppert a enchaîné La vie moderne, où elle campait une sorte d'Emma Bovary moderne, Saint-Cyr, dans lequelle elle incarne Madame de Maintenon, La comédie de L'innocence (ex-Fils de deux mères), un drame intimiste sous la direction de Raoul Ruiz, Les destinées sentimentales, épopée costumée signée Olivier Assayas où elle était l'épouse délaissée du personnage joué par Charles Berling.

Filmographie sélective :